NOUVELLES
07/08/2015 13:26 EDT | Actualisé 07/08/2016 01:12 EDT

L'ONU adopte une résolution sur l'utilisation d'armes chimiques en Syrie

NEW YORK — Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté vendredi à l'unanimité une résolution qui vise à identifier les auteurs des attaques à l'arme chimique qui ont fait de multiples victimes civiles en Syrie depuis deux ans.

La résolution, qui a principalement été négociée par les États-Unis et la Russie, créé un organisme international d'enquête qui sera en mesure d'identifier les auteurs de ces attaques, de manière à ce qu'ils puissent ensuite être traduits en justice.

La guerre civile syrienne en est à sa cinquième année.

Une attaque à l'arme chimique a fait des centaines de morts en banlieue de Damas le 21 août 2013, ce qui a incité le Conseil de sécurité à réclamer la destruction de l'arsenal chimique syrien et de l'équipement utilisé pour le produire.

Plusieurs informations témoignent néanmoins toujours de l'utilisation continue d'armes chimiques en Syrie, surtout de barils remplis de chlore.

Le gouvernement syrien nie avoir recours à des armes chimiques. L'ambassadeur syrien à l'ONU, Bashar Ja'afari, l'a réitéré vendredi, tout en blâmant des groupes terroristes.

Mais les États-Unis et d'autres puissances occidentales blâment le régime syrien, surtout en ce qui concerne les barils explosifs et autres agents toxiques largués par hélicoptère puisque l'opposition ne dispose pas d'aéronefs.

«Il est important de pointer du doigt, a dit au Conseil l'ambassadrice des États-Unis, Samantha Power. Cela envoie un message clair et puissant à tous ceux qui utilisent des armes chimiques en Syrie que (le nouvel organisme d'enquête) vous identifiera si vous gazez des gens.»

Elle a ajouté qu'il faudra du temps pour poursuivre les responsables puisqu'il n'y a toujours pas de tribunal pour faire enquête sur les crimes commis en Syrie. L'ONU estime que le conflit syrien a fait au moins 250 000 morts depuis son début en mars 2011.

La résolution demande au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, en collaboration avec l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, de mettre en place le mécanisme d'enquête nécessaire pour identifier les coupables.

The Associated Press