NOUVELLES
07/08/2015 06:43 EDT | Actualisé 07/08/2016 01:12 EDT

iPad à l'école publique : ce n'est pas aux parents de payer, tranche Québec

Les écoles du réseau public québécois ne peuvent pas obliger les parents à acheter des tablettes électroniques comme matériel scolaire pour leur enfant. Ce sont plutôt les écoles qui doivent les fournir gratuitement aux élèves, tranche le ministère de l'Éducation.

À quelques semaines de la rentrée scolaire, les directeurs généraux des commissions scolaires ont récemment reçu une lettre du ministère de l'Éducation.

Dans la missive envoyée à la fin du mois de juin, le ministère invite les commissions scolaires « à fournir gratuitement les tablettes électroniques lorsqu'elles sont exigées par une école ».

Rappelons que Loi sur l'instruction publique stipule que le matériel didactique obligatoire doit être fourni par l'école.

L'envoi de cette lettre survient au moment où une école secondaire de Québec demande depuis quelques mois aux parents de certains élèves de se procurer une tablette pour leur enfant.

Depuis un an, tous les élèves de première secondaire de l'école Le Sommet, dans le secteur Charlesbourg, utilisent une tablette.

« Les parents ont été consultés »

Yves Savard, directeur de l'école, se désole de voir que le ministère s'ingère dans le dossier, d'autant plus que l'implantation de la tablette en classe s'est faite avec l'accord des parents, qui ont été rencontrés par la direction.

« On n'a pas rencontré trois parents, on en a rencontré 300, 350, puis on leur a soumis l'idée que nous, on était prêt à faire ça [...] On n'a pas fait les choses toutes croches », affirme Yves Savard.

Yves Savard ajoute que la direction de l'école Le Sommet a examiné les moyens qu'elle pouvait prendre pour réduire le fardeau financier associé à l'achat d'une tablette électronique.

L'objectif est de faire diminuer la facture le plus possible pour les parents.

« En achetant en groupe, on a certains rabais [...], avec le concours de la commission scolaire, on est capable de supporter les parents dans l'achat », explique Yves Savard.

Québec doit être cohérent, dit la FCPQ

Lyne Deschamps, directrice générale par intérim de la Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ), n'a pas tardé à réagir.

Elle estime que le ministère devrait respecter les décisions des établissements, notamment celle prise par l'école Le Sommet, dont la procédure a été « limpide, claire et respectueuse de toutes les parties », fait-elle remarquer.

Par ailleurs, Mme Deschamps insiste sur le fait qu'à l'heure des compressions budgétaires, notamment dans le milieu de l'éducation, la position de Québec peut paraître surprenante.

Il faudra, dit-elle, que le gouvernement soit cohérent et assure un financement adéquat aux écoles publiques pour qu'elles fournissent gratuitement des tablettes aux élèves.

« Il va falloir que nos gouvernements commencent à indiquer clairement que quand l'éducation est une priorité, ce soit visible au niveau financier », ajoute Mme Deschamps.

« À partir du moment où le gouvernement vient [...] d'indiquer que ça devrait être fourni gratuitement, la seule autre étape [...], c'est que le gouvernement donne de l'argent directement à l'école pour que l'école puisse maintenant fournir gratuitement les iPad », ajoute-t-elle.

Mme Deschamps craint que des commissions scolaires et des écoles en manque de financement soient dans l'impossibilité de fournir gratuitement des tablettes à leurs élèves.

« On ne fera pas en sorte que des écoles ne peuvent pas prendre ce choix-là, si elles le veulent, juste parce qu'il n'y aura pas d'argent dans l'école », espère-t-elle.