POLITIQUE
07/08/2015 03:10 EDT

Les conservateurs s'en prennent à Hans Marotte, candidat du NPD, pour ses propos sur l'Intifada palestinienne

CP

TORONTO – Le candidat du NPD Hans Marotte, mieux connu comme le défenseur de la loi 101 qui a accroché une banderole sur la croix du mont Royal, est maintenant sous les feux des projecteurs pour son appui à la première Intifada en Palestine.

Dans son livre publié en 1990, Un pays à faire, Marotte écrit que « Quand un Palestinien vient me demander de signer sa déclaration d’appui à l’Intifada et qu’il me dit combien il est content d’avoir mon nom sur sa liste, je vois combien il est important de ne pas se refermer sur soi-même ».

La première Intifada était un violent soulèvement contre l’occupation israélienne dans la bande de Gaza et la Cisjordanie qui a commencé en 1987. Pendant six ans, plus de 1100 Palestiniens et 100 Israéliens ont été tués. Ça a aussi marqué le début des attaques suicide en Israël – une attaque sur un autobus israélien en 1989 a tué 16 personnes, dont deux femmes canadiennes.

Shimon Koffler Fogel, le PDG pour le Centre consultatif des relations juives et israéliennes, pense que les commentaires de Marotte sont « déplorables ».

« Ses positions prises dans la passé sont entièrement incompatibles avec la position officielle et actuelle du NPD, et les sentiments marginaux de cette nature ont longtemps été rejetées par le chef du NPD Tom Mulcair. Nous espérons que la perspective de M. Marotte a mûri et réflète maintenant les besoins des Israéliens et des Palestiniens », a répondu Fogel au Huffington Post Canada.

Le PDG de B’nai Brith Michael Mostyn dit que son groupe tente de rejoindre Marotte afin de vérifier l’exactitude de ses propos et savoir si son opinion a changé dans les dernières 25 années.

« La citation en question démontre une certaine naïveté à propos du fait qu’on ne signe pas une pétition pour appuyer une Intifada, un jihad ou d’autres actes extrêmes de violence. Le fait de promouvoir une société pluraliste au Canada ne veut pas dire d’appuyer des appels à la violence contre des civils innocents », a ajouté Mostyn.

Marotte est un avocat bien connu et porte-parole pour le Mouvement Action Chômage à Montréal. Il n’a pas répondu aux demandes d’entrevue du HuffPost.

LIRE AUSSI:

» Avantages et inconvénients d'une campagne électorale estivale

» Une visite dans l’entrepôt d’Élections Canada (VIDÉO)

» Tout ce qu'il faut savoir sur la nouvelle carte électorale (VIDÉO)

» Une longue campagne qui va coûter cher aux contribuables

» Élections et système politique au Canada, mode d'emploi

Ces commentaires dans le livre se voulaient un moyen d’expliquer comment les Québécois peuvent être plus ouverts aux gens provenant des autres cultures. Malgré les réactions mitigées à la base, écrit-il, il espère que les nouveaux immigrants pourront se joindre au projet d’indépendance du Québec.

Le NPD a refusé de dire si le chef Thomas Mulcair appuyait les propos de Marotte.

Le porte-parole Marc-André Viau a envoyé une déclaration disant que « Hans Marotte, candidate de Saint-Jean, est en accord avec notre politique, qui reconnaît l’état d’Israël et appuie une solution à deux états qui inclut un état sécuritaire pour les Israéliens aux côtés d’un état viable pour les Palestiniens ».

Le Parti conservateur met de l’avant les commentaires de Marotte sur son tout nouveau site web, www.rencontrezlenpd.ca, où l’on peut voir des commentaires controversés des candidats du NPD sous la bannière « Est-ce que vous connaissez vraiment le NPD? La vérité pourrait vous choquer ».

Parmi les autres cibles, l’on retrouve Alexandre Boulerice, député de Rosemont, qui parle de la Première guerre mondiale comme d’une guerre de « bourgeois » et Linda McQuaig, candidate dans Toronto-Centre, qui parle de la mort de Hugo Chavez comme d’un « triste moment ».

Le porte-parole des conservateurs Stephen Lecce a défendu le site web, disant que les électeurs ont le droit d’en connaître plus sur les candidats recrutés par Thomas Mulcair.

Cet article initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l’anglais.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Quelques dates-clés dans l'histoire des scrutins fédéraux au Canada Voyez les images