NOUVELLES
07/08/2015 13:11 EDT | Actualisé 07/08/2016 01:12 EDT

Débat référendaire sans le Bloc québécois: «surréaliste», peste Duceppe

OTTAWA — Gilles Duceppe fulminait, vendredi, au lendemain d'un débat des chefs auquel il n'a pas été invité et au cours duquel la clarté référendaire fut au coeur des échanges.

Le chef du Bloc québécois a qualifié ce segment de la joute oratoire organisée par Maclean's de «surréaliste».

Il peine à réconcilier le fait que les partis fédéralistes martèlent que l'enjeu de la souveraineté n'intéresse plus personne, mais que leurs chefs y consacrent une importante portion d'un débat en anglais.

Débattre de clarté référendaire en l'absence de la seule formation indépendantiste constitue un manque flagrant de respect envers les Québécois, a-t-il tonné en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne.

Le sujet a fait des flammèches sur le plateau, alors que le chef du Parti libéral du Canada (PLC), Justin Trudeau, a accusé son rival néo-démocrate Thomas Mulcair de diriger un parti qui menace l'unité nationale en raison de sa position sur la clarté référendaire.

Sans vouloir dévoiler quelle sera la stratégie qu'il compte déployer lors du seul débat francophone qui a été confirmé jusqu'à présent, le face-à-face TVA, Gilles Duceppe dit être impatient d'en découdre avec ses adversaires.

Le débat francophone se tiendra le 2 octobre.

Mélanie Marquis, La Presse Canadienne