NOUVELLES
05/08/2015 04:01 EDT | Actualisé 05/08/2015 04:01 EDT

Les photos de John Wehrheim montrent de quoi avec l'air la vie à Taylor Camp dans les années 1970

En 1977, Taylor Camp brûlait.

Le feu, initié par la police du comté de Kauai (Hawaii) et des officiels de l'État, a détruit les maisons, églises et jardins communautaires qui s'étendaient sur sept acres de plage et de jungle.

Ce camp était essentiellement un endroit où les vêtements étaient optionnels et où hippies, familles, vétérans de guerre et autres vivaient calmement ensemble. Liberté et amour dominaient tous les rapports. Mais soudainement, le Camp Taylor a brûlé.

Une fois que les flammes eurent cessé et que les cendres se soient répandues, l'endroit a été transformé en parc étatique.

Découvrez de quoi avait l'air la vie au Camp Taylor dans la galerie ci-dessous. Attention : certaines photos contiennent de la nudité. (Le texte se poursuit en dessous.)

Galerie photo Taylor Camp, par John Wehrheim Voyez les images

Le camp est né en 1969, lorsqu'Howard Taylor, le frère d'Elizabeth Taylor, a voulu se venger du gouvernement local qui refusait de lui donner les permis de construction dont il avait besoin.

Il a donc payé la caution de 13 hippies arrêtés pour vagabondage, leur a donné le droit de rester sur son terrain, et est parti de là.

À son apogée, Camp Taylor, où la marijuana était fumée librement et où la nudité n'était ni mal vue ni réprimandée, abritait environ 120 campeurs.

Il n'y avait pas de lois écrites, mais des règlements non écrits ont rapidement fait leur apparition. Ainsi, les voleurs, par exemple, étaient évincés, tout comme ceux qui harcelaient d'autres membres de la communauté.

La communauté est restée indépendante et à l'écart de la société pendant 8 ans jusqu'à ce que les autorités évincent tout le monde et brûlent les habitations rudimentaires qui se trouvaient sur le terrain.

Le photographe John Wehrheim a passé beaucoup de temps à Camp Taylor sans se considérer comme un résident. Il se voit plutôt comme un observateur extérieur.

Entre 1971 et 1976, il a documenté la vie des gens au camp. Quatre décennies plus tard, il a décidé de publier ces images et des entrevues réalisées à l'époque dans un livre appelé Taylor Camp. Vous trouverez certains des clichés dans la galerie ci-haut.

Cet article initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.