POLITIQUE
05/08/2015 05:25 EDT | Actualisé 06/08/2015 02:15 EDT

Oléoduc Énergie-Est : le NPD a-t-il un double discours? L'épreuve des faits (VIDÉO)

Épreuve des faits - Le chef du Bloc Québécois, Gilles Duceppe, accuse le Nouveau Parti démocratique et son chef, Thomas Mulcair, de tenir un double discours sur la question du pipeline Energie-Est de TransCanada. A-t-il raison?

Un texte de Denis-Martin Chabot

« C'est un exemple du double discours du NPD à propos de ce projet d'oléoduc. Au Canada, le NPD affirme qu'il est pour le projet. Au Québec, Thomas Mulcair et ses députés, laissent entendre qu'ils sont contre ce même projet. »

— Gilles Duceppe, chef, Bloc Québécois

Vérification faite : ce n'est pas le cas.

Un accord, à certaines conditions

Le 7 novembre 2012, huit mois après avoir été élu chef du NPD, Thomas Mulcair disait déjà oui aux pipelines. Mais à certaines conditions.

« Ayons comme principe et comme priorité de déménager nos ressources pétrolières d'ouest en est, toujours sous réserve d'une analyse environnementale rigoureuse. »

— Thomas Mulcair, chef, NPD

En novembre, dans une entrevue à La Presse canadienne, Thomas Mulcair disait que le projet Énergie Est de TransCanada constituait la proposition la plus « sensée » pour transporter du pétrole des sables bitumineux de l'Alberta vers les raffineries de l'est du pays.

Il avait par contre émis des conditions pour que le projet soit approuvé, dont « une révision environnementale sérieuse » Il évoquait aussi une loi obligeant les compagnies pétrolières à payer pour « la pollution qu'elles génèrent et pour l'augmentation des gaz à effet de serre qu'elles provoquent ».

Et les autres membres du parti?

Cette position a été répétée par différents députés du parti, dont la porte-parole du NPD en matière d'énergie, Chris Charlton en octobre 2014. « Les Canadiens veulent des emplois et une sécurité énergétique. Les Canadiens doivent savoir que leur environnement est protégé et que les mesures de sécurité les plus sûres sont mises en place dans le transport d'hydrocarbures », déclarait-elle.

« Le projet d'oléoduc Énergie Est est un projet d'envergure qui touchera six provinces. Ainsi, il faudra étudier ce projet dans le détail et tenir compte de son impact environnemental, social et économique. »

— Chris Charlton, députée sortante du NPD de Hamilton-Mountain

La porte-parole du même parti en matière d'environnement, Megan Leslie, avait dit sensiblement la même chose dans un échange sur Facebook en novembre 2014.

La seule fois où Thomas Mulcair aurait dit qu'il s'opposait au projet de TransCanada, c'était dans un article en ligne de L'actualité en juillet. Or, le magazine avait dû se rétracter, car il avait mal cité le chef néo-démocrate : « Le chef du NPD n'a pas dit textuellement "On est contre ce pipeline", comme nous l'avons écrit dans la version originale de l'entrevue. Il a déclaré : "Tu ne peux pas approuver Énergie Est" ».

Le député sortant du NPD de Vaudreuil-Soulanges, Jamie Nicholls, a semblé s'écarter de la position de son parti lors d'une soirée d'information sur le projet de TransCanada en novembre dernier.

Mais trois jours plus tard, il a corrigé le tir. Dans un communiqué il avait précisé sa position qui était finalement la même que celle de son parti.