NOUVELLES
05/08/2015 01:05 EDT | Actualisé 06/08/2015 05:48 EDT

Les taxis de Montréal devront accepter les cartes de crédit et de débit (VIDÉO)

L'accès au paiement électronique deviendra obligatoire pour tous les taxis montréalais à partir du 15 octobre prochain. Le comité exécutif a en effet apporté cette modification au règlement sur le transport par taxi lors de sa rencontre de mercredi.

«Offrir le paiement électronique dans tous les taxis contribue à augmenter le niveau de sécurité des chauffeurs qui transporteront moins d’argent comptant à bord et permet d’offrir aux clients un service digne d’une métropole du 21e siècle», a souligné Denis Coderre, par voie de communiqué. Un délai de huit semaines est ainsi accordé aux propriétaires de taxi pour se plier à la réglementation, a ajouté le maire.

L’article 41.1 stipule dorénavant que :

Le titulaire d’un permis de propriétaire de taxi en services réguliers ou en services restreints ne peut exploiter, permettre ou tolérer que soit exploité un taxi à moins qu’il ne soit muni d'un équipement de paiement électronique en bon état de fonctionnement permettant l’impression d’un reçu de transaction.

Par ailleurs, l'article 127.1 du règlement précise maintenant que «le chauffeur doit accepter le paiement électronique et ne peut refuser un client parce que ce dernier requiert d’utiliser ce mode de paiement».

L'industrie du taxi est sous pression depuis quelques mois avec l'arrivée du concurrent Uber. Une consultation sur l’industrie du taxi avait lieu récemment alors que le système des permis de taxi est souvent remis en question.

L'arrivée du paiement électronique s'ajoute à diverses initiatives qui ont déjà été lancées pour redorer le blason des taxis montréalais. Par exemple, les chauffeurs devront respecter un code vestimentaire à l'aéroport Montréal-Trudeau, et la plus importante compagnie de taxis au Québec a revu son application mobile. Devant Uber, certains chauffeurs n'hésitent pas à s'en prendre à des chauffeurs Uber, notamment en tendant des pièges, un phénomène qui n'est pas unique au Québec.

LIRE AUSSI:

» Uber réduirait les accidents mortels liés à l'alcool

» Recours collectif de 400 M$ contre Uber

» Le gouvernement n'a pas à défendre l'industrie du taxi, dit le DG d'Uber Montréal