POLITIQUE
04/08/2015 12:43 EDT | Actualisé 05/08/2015 07:54 EDT

Élections fédérales 2015 : Thomas Mulcair répond aux questions des médias, mais pas à propos d'Énergie Est

Le chef du NPD Thomas Mulcair n’a pas été capable de donner une réponse claire sur l’appui de son parti au projet Énergie Est, lorsqu’il a été questionné par les médias au troisième jour de la campagne.

Il croit que le projet ne peut pas aller de l’avant pour l’instant en raison des évaluations environnementales laxistes mises en place par les conservateurs.

LIRE AUSSI:

» Tout ce qu'il faut savoir sur la nouvelle carte électorale (VIDÉO)

» Une longue campagne qui va coûter cher aux contribuables

» Élections et système politique au Canada, mode d'emploi

Après avoir vanté les bénéfices économiques du pipeline pour les Canadiens, il a soutenu qu’il ne dirait pas nécessairement « oui » au projet.

« Nous ne sommes plus en 1955, nous sommes en 2015. Les gens ne peuvent plus faire ce qu’ils veulent, a-t-il répondu en anglais. Le Québec a raison de dire qu’il devrait y avoir des discussions sur le sujet. »

« Ce qui passe par ici passe par nous »

La conférence de presse de Mulcair à Montréal succédait à celle du Bloc québécois à Vaudreuil, où Gilles Duceppe a martelé que le NPD tenait un double discours sur son appui à Énergie Est.

Il avait déjà critiqué la position nuancée de l’opposition officielle à plusieurs reprises . Selon lui, le NPD est « coincé entre ce qu’il doit dire aux Canadiens et ce qu’il veut laisser croire aux Québécois ».

Le Bloc, lui, utilise un slogan non-officiel « Ce qui passe par ici passe par nous » pour manifester son opposition ferme au projet Énergie Est et se distinguer de ses adversaires fédéralistes.

Le pipeline pourrait traverser plus de 250 cours d’eau au Québec, révélait Le Devoir en juin. TransCanada devrait revoir son tracé dans les prochains mois en raison de l’abandon du port de Cacouna.

En mode attaque

Mulcair, qui a refusé de répondre aux questions des médias dimanche, jour de déclenchement d’élections, a profité de la journée de mardi pour répliquer à ses adversaires.

En réponse à Stephen Harper, qui a traité son caucus de « plus inefficace de l’histoire », a énuméré leur liste de réalisations, dont l’abolition de la taxe sur les produits féminins.

Il a aussi rappelé que le NPD était le « pire cauchemar » des conservateurs, qui ont passé au rouleau compresseur les libéraux de Stéphane Dion et de Michael Ignatieff.

Le NPD pourrait former un gouvernement minoritaire révèle un sondage publié dans le Toronto Star, lundi.

Galerie photo Élections fédérales 2015: candidats vedettes au Québec Voyez les images