NOUVELLES
31/07/2015 06:08 EDT | Actualisé 31/07/2016 01:12 EDT

WRC - Rallye de Finlande - Julien Ingrassia: "Garder un temps d'avance lors des sauts"

"Il faut garder un temps d'avance et ne pas se faire surprendre lors des sauts", a expliqué à l'AFP Julien Ingrassia, le copilote du champion du monde Sébastien Ogier (VW Polo-R) peu avant d'affronter les 320 km chronométrées du Rallye de Finlande.

Q: La Finlande est connue pour ses impressionnants "jumps". Sans repère visuel de la route, vous devez être malmené ?

R: "Nous n'avons jamais de repères visuels, quel que soit le rallye puisque notre travail consiste à lire les notes ce qui implique de ne pas voir ce qu'il se passe dehors. En Finlande cela devient un peu particulier car il faut anticiper et trouver le moyen de donner la note suivante avant l'impact de ces fameux sauts qui surviennent en ligne droite ou en virage. En effet, à l'atterrissage on peut être très secoué, avoir le souffle coupé tandis que s'adresser au pilote comporte alors le risque de se mordre la langue".

Q: Après le saut vous pouvez avoir une indication à donner rapidement ?

R: "Quelques fois on a le temps de temporiser car on a 300 mètres devant nous et à d'autres moments, il ne reste que 100 mètres, avalés en une seconde, avant d'aborder un nouveau virage. Je donne donc la note avant le saut ou pendant le saut. L'objectif est de toujours conserver un temps d'avance".

Q: Vous n'avez pas de nausées ? Comment vous organisez vous physiquement ?

R: "Je ne suis pas sujet aux nausées. Le gainage des abdominaux demeure la solution. J'ai un préparateur physique à l'année qui me permet de me maintenir en forme. La saison est longue en WRC puisque la coupure commence le 18 décembre pour s'arrêter le 5 janvier ! On doit surtout se maintenir le plus droit possible dans la voiture pour ne pas se faire casser les reins et redresser la tête. En prenant quelques précautions on peut ainsi supporter des atterrissages à 150 km/h voire plus après des envols d'une cinquantaine de mètres de long sur un à trois mètres de haut.

Propos recueillis par Sylvain DUBUS

syd/chc