NOUVELLES
31/07/2015 12:36 EDT | Actualisé 31/07/2016 01:12 EDT

Le veuve de Litvinenko accuse Poutine d'avoir commandé le meurtre de son mari

LONDRES — La veuve de l'ancien agent secret du KGB Alexandre Litvinenko a accusé le président russe Vladimir Poutine d'être l'ultime responsable de la mort de son mari. Elle a fait ce commentaire vendredi, alors que prenait fin l'enquête publique britannique sur la mort de M. Litvinenko.

Six mois après le début de l'enquête, Marina Litvinenko a déclaré que «toute personne raisonnable» serait en mesure de conclure «que (son) mari a été tué par des agents de l'État russe et que cela n'avait pas pu avoir eu lieu sans la connaissance et le consentement de M. Poutine».

Le ministre russe des Affaires étrangères a vivement dénoncé cette enquête menée par un juge britannique, en disant qu'elle «n'était pas transparente, ni pour la Russie ni pour le grand public», accusant au passage la Grande-Bretagne de politiser l'affaire.

Alexandre Litvinenko s'était réfugié à Londres en 2000 et était reconnu comme un détracteur du président Poutine. Il est mort en 2006, trois semaines après avoir bu du thé empoisonné au polonium-210, une substance hautement radioactive, dans un hôtel de la capitale britannique.

Sur son lit de mort, il avait accusé Vladimir Poutine d'avoir ordonné son assassinat, ce que Moscou a entièrement nié.

La police britannique avait accusé Dmitri Kovtoun et Andreï Lougovoï ­— les deux Russes qui étaient en compagnie de M. Litvinenko lorsqu'il a bu le thé empoisonné — d'avoir commis les gestes. Les deux hommes ont nié leur participation et Moscou a refusé de les extrader pour le processus judiciaire.

Selon des détectives britanniques et des scientifiques, les preuves de l'enquête soulignent la culpabilité des deux individus.

Des traces de polonium avaient été trouvées dans les hôtels, restaurants et autres sites visités par les deux hommes dans la capitale britannique.

Celui qui était à la tête de cette enquête publique, le juge Robert Owen, a annoncé que le rapport devrait être dévoilé d'ici la fin de l'année. Il pourrait dévoiler qui a tué Alexandre Litvinenko et préciser si l'État russe est impliqué dans le meurtre.

L'avocat de Marina Litvinenko, Ben Emmerson, a déclaré que l'assassinat «ne pourrait pas avoir eu lieu sans l'accord du président Poutine».

Il a qualifié M. Poutine de «dictateur de pacotille» qui a vu M. Litvinenko comme «un ennemi de l'État qui devait être abattu».

Jill Lawless, The Associated Press