NOUVELLES
31/07/2015 16:57 EDT | Actualisé 31/07/2016 01:12 EDT

Le Kurdistan irakien demande à la Turquie de cesser de bombarder le PKK

Le Kurdistan irakien, par la voix d'un représentant en visite à Washington, a demandé vendredi à la Turquie de cesser ses frappes aériennes contre les positions des rebelles kurdes du PKK sur son territoire et a appelé à une solution négociée au conflit.

Le responsable des relations extérieures du gouvernement kurde, Falah Mustafa, a également critiqué la décision du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) d'avoir rompu le cessez-le-feu, tout en expliquant que bombarder le PKK n'était pas la réponse adéquate.

"Bien sûr, nous ne voulons pas que notre pays soit bombardé et nous ne pensons pas que cela aidera à régler la situation", a-t-il indiqué à des journalistes dans la capitale fédérale américaine.

La campagne de bombardements aériens "ne mènera qu'à une escalade de la tension". "C'est pourquoi nous demandons aux deux parties de revenir au cessez-le-feu".

"Nous pensons qu'il n'y a pas de solution militaire à ce genre de problème. Le meilleur moyen d'avancer serait des pourparlers de paix", a encore dit M. Mustafa.

Cette nouvelle vague de violences entre le PKK et la Turquie n'arrange rien à la situation à laquelle est confronté le gouvernement du Kurdistan irakien, qui voit affluer les réfugiés fuyant le groupe Etat islamique, dont le califat autoproclamé s'étend notamment sur une grande partie de l'Irak, a-t-il ajouté.

Falah Mustafa a par ailleurs salué la décision turque de participer à la campagne de bombardements contre l'EI, mais a rappelé que la lutte contre le PKK était un autre sujet.

La Turquie, a-t-il insisté, n'a pas informé son gouvernement des derniers bombardements contre les bases du PKK.

dc/sg/sha/elm