NOUVELLES
31/07/2015 09:10 EDT | Actualisé 31/07/2016 01:12 EDT

Grèce: la position du FMI "compatible avec l'agenda européen", pour Bruxelles

La Commission européenne a estimé vendredi que l'allègement de la dette grecque exigé par le Fonds monétaire international (FMI) pour participer au troisième renflouement du pays était "totalement compatible" avec l'agenda bruxellois.

Le FMI a affirmé que sa participation était en suspens et le resterait sans engagement "concret" des Européens à alléger la dette d'Athènes et sans l'adoption d'un paquet "complet" de réformes côté grec.

"Des décisions difficiles sont requises des deux côtés" et "le FMI ne participera qu'une fois que ces deux conditions seront remplies", a mis en garde jeudi un responsable du fonds, assurant toutefois que cela "prendra(it) du temps".

"Il est clair que le FMI a une série différente de procédures et un calendrier différent", a souligné vendredi Mina Andreeva, une porte-parole de l'exécutif européen.

"C'est un processus en deux étapes, conforme à ce qui a été discuté lors du sommet de la zone euro les 12 et 13 juillet et c'est totalement compatible avec l'agenda européen", a-t-elle ajouté, lors du point de presse quotidien de la Commission.

Les Européens veulent conclure les négociations sur un troisième plan d'aide pour la Grèce d'ici le 20 août, date à laquelle Athènes doit rembourser 3,2 milliards d'euros à la Banque centrale européenne. L'idée est de le faire "avec l'expertise du FMI, et ensuite d'envisager des mesures pour la dette grecque plus tard dans l'année", a insisté la porte-parole.

"Ce qui nous importe actuellement est de faire des progrès sur le terrain, et c'est ce que nous faisons avec le FMI qui participe pleinement aux discussions à Athènes", a-t-elle conclu, alors que les hauts représentants des créanciers (UE, BCE, FMI, MES) ont entamé vendredi des entretiens avec le ministre grec des Finances Euclide Tsakalotos.

A Berlin, le ministère des Finances a jugé vendredi qu'il n'y avait "rien de neuf" dans la position du FMI. "Le ministre des Finances avait informé les députés (allemands) le 16 juillet (...) que le FMI avait conditionné sa participation plus avant à la conclusion positive du premier examen du programme, incluant une confirmation de la soutenabilité de la dette".

bur-may/amd