NOUVELLES
31/07/2015 10:10 EDT | Actualisé 31/07/2016 01:12 EDT

Azerbaïdjan: la peine d'un militant des droits de l'Homme légèrement réduite par la justice

Un tribunal azerbaïdjanais a très légèrement réduit la peine de prison d'un militant des droits de l'Homme condamné en avril pour des délits économiques, a annoncé vendredi son avocat, qui dénonce des accusations politiques.

Rassoul Jafarov, l'un des militants les plus actifs de cette ex-république soviétique du Caucase, avait été condamné par un tribunal de Bakou à six ans et demi de prison pour évasion fiscale et abus de pouvoir.

Ses avocats avaient fait appel de cette condamnation, et la Cour d'appel a finalement réduit sa peine de trois mois.

Le tribunal "a décidé que Rassoul Jafarov sera emprisonné pour six ans et trois mois", a annoncé à l'AFP son avocat, Fariz Namazly, qualifiant la décision d'"inhumaine": "Nous allons travailler à la libération de Rassoul et porter l'affaire devant la Cour suprême".

Arrêté il y a près d'un an, le militant de 30 ans a notamment aidé à organiser plusieurs campagnes de soutien aux droits de l'Homme, telles que "Chantez pour la démocratie", qui a profité de l'organisation du concours de l'Eurovision par l'Azerbaïdjan en 2012 pour attirer l'attention internationale sur les abus pratiqués dans ce petit pays du Caucase du Sud.

L'Union européenne avait déjà dénoncé en avril une peine qui "apparaît dure et disproportionnée par rapport aux infractions" reprochées.

Peu après son arrestation l'année dernière, Amnesty International avait affirmé que M. Jafarov était un prisonnier de conscience.

Toute contestation publique du régime du président Ilham Aliev, 53 ans, réélu en 2013 pour un troisième mandat consécutif, provoque aussitôt, selon les associations de défense des droits de l'homme, une réaction sévère des autorités dans cette ex-république soviétique riche en hydrocarbures.

eg-im/pop/tbm/kat/st