NOUVELLES
31/07/2015 13:22 EDT | Actualisé 31/07/2016 01:12 EDT

Après refus, Londres accorde un visa et présente ses excuses à Ai Weiwei

LONDRES — La Grande-Bretagne a fait volte-face, vendredi, et accordé à l'artiste chinois Ai Weiwei un visa de six mois, accompagné de ses excuses pour avoir précédemment rejeté sa demande pour une allégation de condamnation criminelle.

M. Ai a annoncé jeudi que l'ambassade britannique à Pékin avait refusé sa demande pour un visa d'affaires, parce qu'il avait omis de mentionner une condamnation en justice criminelle. Il lui a plutôt donné un visa de 20 jours valide au mois de septembre, au moment du vernissage d'une importante exposition de ses oeuvres à l'Académie royale de Londres.

L'artiste, qui utilise son travail pour dénoncer la corruption et les injustices en Chine, a été emprisonné durant près de trois mois en 2011, dans le cadre d'une importante descente de la Chine sur les dissidents. Sa compagnie a par la suite été accusée d'évasion fiscale et ordonnée à payer 2,4 millions $. L'avocat de M. Ai soutient qu'il ne s'agit pas d'un dossier criminel.

Le bureau de l'Intérieur de la Grande-Bretagne a affirmé vendredi que la secrétaire de l'Intérieur, Theresa May, s'était penchée sur le cas et avait ordonné aux responsables d'accorder le visa de six mois.

Le ministère affirme avoir écrit à l'artiste pour lui offrir «ses excuses pour les inconvénients causés».

Après sa libération en 2011, Ai Weiwei a été soumis à une interdiction de voyager jusqu'à ce que son passeport lui soit rendu, la semaine dernière. Jeudi, il s'est rendu en Allemagne où vivent des membres de sa famille.

The Associated Press