NOUVELLES
30/07/2015 16:06 EDT | Actualisé 30/07/2016 01:12 EDT

Taïwan: manifestation après le suicide d'un étudiant

Plusieurs centaines de manifestants ont réclamé dans la nuit de jeudi à vendredi à Taipei la démission du ministre taïwanais de l'Education après le suicide d'un étudiant en lien avec la contestation des nouveaux programmes scolaires.

Plus de 200 personnes se sont rassemblées à minuit devant le ministère de l'Education pour saluer la mémoire de Lin Kuan-hua, 20 ans, qui s'est suicidé chez lui jeudi matin.

Il aurait fait partie du groupe de trente étudiants et trois journalistes arrêtés vendredi dernier après s'être introduits de nuit dans le ministère de l'Education pour protester contre une modification des programmes scolaires. Les protestataires estiment que cette réforme favorise le point de vue chinois sur l'histoire de l'île.

"Nous ne permettrons pas que Lin Kuan-hua soit mort en vain", a déclaré à la foule Chu-chen, un porte-parole du groupe des protestataires. Les manifestants ont scandé des slogans réclamant la démission du ministre de l'Education Wu Se-hwa.

L'étudiant qui s'est suicidé risquait apparemment une inculpation pour être entré par effraction dans des bâtiments gouvernementaux et avoir causé des dégâts en pénétrant dans les locaux du ministère.

"Ses proches ont rapporté que Lin était de mauvaise humeur la nuit dernière lorsqu'il est rentré chez lui après une réunion sur les modifications des programmes scolaires", selon un communiqué du ministère.

En pleurs, la mère de l'étudiant décédé a appelé ses camarades à exprimer leur opposition de "manière appropriée", selon un enregistrement audio diffusé par le gouvernement.

Le ministre de l'Education, du parti au pouvoir Kuomintang (KMT), qui entretient de bonnes relations avec la Chine, a rendu visite à la famille de Lin.

"Cette controverse dure depuis un certain temps. Elle porte sur l'histoire et même l'identité nationale" de l'île, a-t-il reconnu.

Le KMT s'est engagé dans un rapprochement avec Pékin depuis l'arrivée au pouvoir du Ma Ying-jeou en Chine en 2008, suscitant des craintes sur la sauvegarde de la souveraineté de l'île, que les autorités chinoises considèrent toujours comme faisant partie du territoire chinois.

Parmi les modifications des programmes scolaires contestées par les étudiants, il est par exemple écrit que Taïwan a été "récupéré par la Chine", au lieu de "donné à la Chine", à la fin de l'occupation japonaise en 1945.

Les cinquante ans d'occupation japonaise sont décrits comme la période au cours de laquelle le "Japon a occupé" l'île, une formule remplaçant la précédente "le Japon gouvernait".

Le Parti démocratique progressiste, principal parti d'opposition, a demandé au gouvernement de renoncer aux modifications des programmes scolaires.

my-cty/lm/cah/ser/mr/amd