NOUVELLES
30/07/2015 13:38 EDT | Actualisé 30/07/2016 01:12 EDT

Soudan du Sud: notre "patience est à bout", lance l'émissaire américain aux belligérants

La patience des négociateurs qui cherchent un accord de paix au Soudan du Sud "est à bout", a averti jeudi l'envoyé spécial des Etats-Unis Donald Booth, enjoignant les belligérants de mettre rapidement un terme à la guerre civile sous peine de sanctions.

Les médiateurs régionaux de l'organisation intergouvernementale est-africaine (Igad), qui ont récemment reçu le soutien du président Barack Obama lors de sa visite à Addis Abeba, ont donné aux rivaux sud-soudanais jusqu'au 17 août pour stopper la guerre civile ouverte en décembre 2013.

"Je veux être très clair avec vous: la patience de mon pays, celle de la région et des autres partenaires internationaux est à bout", a déclaré Donald Booth à la presse à Juba, la capitale du Soudan du Sud.

"De trop nombreuses vies ont été perdues, des millions de Sud-Soudanais ont été déplacés et bien trop sont menacés de famine et de perdre leur toit. Les discussions (de paix) ne peuvent se poursuivre indéfiniment", a-t-il ajouté.

"Cette situation ne peut plus durer", a-t-il martelé.

Lundi, le président Obama avait participé à un mini-sommet sur cette crise à Addis Abeba, avec notamment pour objectif de déterminer les sanctions à prendre en cas de rejet de l'ultimatum du 17 août par les deux principaux protagonistes, le président Salva Kiir et le chef de la rébellion, son ancien vice-président Riek Machar.

Selon un haut responsable de l'administration américaine, les deux hommes font effectivement face à un ultimatum, notre "dernière et meilleure offre".

En cas d'échec, les belligérants s'exposeraient à des sanctions, qui peuvent inclure un embargo sur les armes, des interdictions de voyager et le gel d'avoirs à l'étranger.

L'émissaire américain a précisé qu'une nouvelle réunion des médiateurs était prévue le 6 août dans la capitale éthiopienne et qu'il attendait d'eux qu'ils "règlent cette question" une fois pour toutes.

Les négociations de paix qui ont débuté en Ethiopie à peine la guerre commencée ont pour le moment toujours échoué, les belligérants n'ayant jamais appliqué les cessez-le-feu signés au moins à sept reprises depuis janvier 2014.

L'échec de pourparlers en mars avait poussé les négociateurs de l'Igad à adopter une nouvelle approche en impliquant dans la médiation des "poids lourds" de la diplomatie mondiale de manière à accroître la pression sur les dirigeants sud-soudanais.

Les Etats-Unis ont joué un rôle déterminant dans l'accession à l'indépendance du Soudan du Sud en 2011. L'administration Obama a récemment été accusée d'inaction dans le conflit actuel, qui a fait plusieurs dizaines de milliers de morts et se caractérise par des atrocités en masse perpétrées par les deux camps.

str-sas/pvh/fal/tmo