NOUVELLES
30/07/2015 11:27 EDT | Actualisé 30/07/2016 01:12 EDT

Lutte contre Boko Haram: la mendicité interdite à N'Djamena

La mairie de N'Djamena a interdit la mendicité dans la capitale tchadienne pour prévenir le risque d'attentats, après les attaques-suicides de juin et juillet, a annoncé jeudi le maire de la ville sur la radio nationale.

Ali Haroun a annoncé l'interdiction de mendier dans la capitale lors d'une réunion avec des représentants du Conseil supérieur des affaires islamiques et des syndicats des personnes handicapées physiques et visuelles.

Toujours pour des raisons sécuritaires, il a également expliqué que dorénavant, les bars devront fermer à 22 heures, sauf les samedi et veilles de jours fériés, où ils pourront rester ouverts jusqu'à minuit, selon la radio.

Les autorités tchadiennes ont considérablement renforcé les mesures de sécurité après les attentats-suicides à N'Djamena en juin (38 morts) et en juillet (15 morts, revendiqué par Boko Haram).

Le port du voile islamique a été interdit sur tout le territoire, pour éviter que d'éventuels kamikazes n'utilisent ce vêtement pour dissimuler des explosifs.

Le Parlement tchadien doit se prononcer jeudi sur un projet de loi antiterroriste introduisant de nouvelles mesures sécuritaires qui inquiètent l'opposition et les défenseurs des droits de l'Homme.

yas-cl/fal