NOUVELLES
30/07/2015 12:37 EDT

Compteurs d'eau: l'UPAC frappe encore

PC

Le domicile de Bernard Trépanier, l'ancien collaborateur d'Union Montréal, l'ex-parti de Gérald Tremblay, est l'objet d'une perquisition de l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

Une dizaine de policiers de l'UPAC sont sur le terrain. Leur action est liée au scandale des compteurs d'eau à Montréal. Aucune arrestation n'est prévue.

Au milieu des années 2000, Bernard Trépanier fut l'ex-argentier du parti qui était celui du maire Tremblay à l'époque, soit Union Montréal.

Lors de son passage devant la commission Charbonneau, en mars 2013, Bernard Trépanier avait nié les allégations qui lui avaient valu le surnom de « Monsieur 3% ». Bernard Trépanier avait alors démenti avoir été partie prenante d'un supposé système de collusion lorsqu'il effectuait de la collecte de fonds auprès de firmes de génie-conseil, au profit d'Union Montréal. Or, des firmes de génie-conseil ont été impliquées par la suite dans le scandale des compteurs d'eau.

De plus, Bernard Trépanier entretenait des liens d'amitié avec celui qui fut président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Frank Zampino. Il avait été illustré durant la commission Charbonneau que M. Zampino avait effectué des voyages sur le Touch, le yacht de l'homme d'affaires Tony Accurso.

Enfin, Bernard Trépanier avait été arrêté en mai 2012 par l'escouade Marteau relativement à un autre scandale, celui du Faubourg Contrecoeur.

Une série d'interventions

Cette intervention des enquêteurs de l'UPAC au condo de M. Trépanier est la dernière d'une série à avoir été menée, ces dernières semaines, en lien avec le dossier des compteurs d'eau. Mercredi, l'équipe de l'UPAC a visité la résidence de l'ex-maire Gérald Tremblay à Outremont ainsi que sa résidence secondaire dans les Laurentides.

Et, la semaine dernière, le domicile de Sammy Forcillo, celui de Claude Dauphin et le bureau d'arrondissement de Lachine avaient reçu la visite des inspecteurs de l'UPAC. MM. Forcillo et Dauphin, qui étaient des proches du maire Tremblay, ont vu leur nom associé au scandale des compteurs d'eau.

De nombreuses firmes de génie-conseil et des entreprises ont aussi fait l'objet d'interventions de l'UPAC relativement à cette affaire.

Un dossier plein de rebondissements

Rappelons que l'administration de Gérald Tremblay avait accordé ce contrat de 356 milions de dollars en 2007 au consortium GENIeau, composé des firmes Simard-Beaudry et Dessau. Le contrat a finalement été annulé en 2009.

Cette année-là, le vérificateur général de la Ville, Jacques Bergeron, avait déposé au conseil municipal un rapport montrant que le mandat initial d'attribution des contrats de compteurs d'eau avait été dénaturé en cours de route, et ce, à l'encontre des décisions des élus.

Avec les informations de Caroline Belley

Galerie photo L'arrestation d'Applebaum vue par la presse mondiale Voyez les images