Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La campagne électorale conservatrice démarre au Québec

OTTAWA _ Le premier arrêt de la campagne électorale du chef conservateur Stephen Harper sera au Québec. Mais si le but de l'exercice est de charmer les Québécois en prévision du 19 octobre, l'adresse choisie surprend.

C'est chez Robert Libman, ex-fondateur du Parti Égalité, ex-promoteur de la partition du Québec en cas de souveraineté, ex-porte-voix de la colère de la minorité anglophone du Québec, que la caravane de M. Harper s'arrêtera dimanche soir.

L'establishment du parti avait tenté de confier la circonscription de Mont-Royal à l'ex-journaliste Pascale Déry. Mais c'est M. Libman qui a remporté l'investiture, en avril.

À la veille du déclenchement des élections, au Parti conservateur, on tente de minimiser le choix de cette première étape. Catherine Loubier, au nom du parti, insiste pour dire que le lieu choisi est une question de logistique, qu'il ne faut pas y voir un quelconque signal. Mme Loubier ajoute que la soixantaine de candidats conservateurs de la province sont tous invités à l'événement et que la plupart y seront.

Chez l'adversaire néo-démocrate, on se moque. Dans un courriel, le candidat du NPD dans Saint-Jean, Hans Marotte, écrit que ce choix est révélateur de l'intérêt que les conservateurs portent au Québec. Au Bloc aussi, on souligne le passé de M. Libman au crayon rouge. Gilles Duceppe veut croire que le choix du lieu donne une idée de la vision qu'a M. Harper du Québec.

Par ailleurs, le ministre Denis Lebel refuse de commenter le coût de cette campagne électorale de 11 semaines, prétextant qu'elle n'est pas encore lancée. Lors d'un point de presse à Québec, jeudi matin, le responsable de la campagne québécoise des conservateurs a esquivé une série de questions sur le sujet.

Tout indique que c'est dimanche, à la mi-journée, que Stephen Harper se présentera chez le gouverneur général pour donner le signal de départ de cette campagne, la plus longue de l'histoire du Canada depuis que les politiciens ne font plus campagne en train

Ces députés fédéraux qui ne se représentent pas en 2015
Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.