NOUVELLES
30/07/2015 00:45 EDT | Actualisé 29/07/2016 01:12 EDT

Ben Harper, Nas et The Black Keys au festival Osheaga de Montréal

The Black Keys, Florence and the Machine, Ben Harper ou Nas font partie des têtes d'affiche de la dixième édition du festival Osheaga dès vendredi et pendant trois jours à guichets fermés à Montréal.

Sur une demi-douzaine de scènes installées comme chaque été dans le cadre verdoyant d'une petite île sur le fleuve Saint-Laurent, au beau milieu de la métropole canadienne, d'autres grands noms sont aussi au rendez-vous comme Kendrick Lamar, Weezer ou encore Alt-J.

Osheaga se veut être un lieu de découverte pour le public où des musiciens encore relativement inconnus bénéficient des têtes d'affiche. "Notre programmation est à la fois sur des groupes à succès locaux, mais aussi des petits groupes qui passent sous le radar et qui méritent plus d'attention. On y va au coup de coeur", confie à l'AFP Evelyne Côté, programmatrice du festival.

L'île Saint-Hélène, juste en face du Vieux-Port de Montréal devrait accueillir comme l'an dernier environ 135.000 festivaliers tout au long des trois jours, selon les organisateurs.

L'attrait touristique de la ville contribue aussi au succès car si "les gens viennent pour Osheaga, ils veulent aussi passer du temps à Montréal", commente Evelyne Côté. Les organisateurs estiment à 30 millions de dollars (21 millions d'euros) les retombées économiques pour la ville, notamment grâce à l'hébergement et la restauration des festivaliers.

Petit festival à ses débuts --22.000 spectateurs à la première édition-- Osheaga est devenu un rendez-vous estival majeur pour un public d'une quarantaine de nationalités différentes même si les Canadiens et leurs voisins américains sont en plus grand nombre.

A l'évidence, selon Evelyne Côté, "Osheaga ne pourrait pas avoir le même succès en misant seulement sur le public québécois".

- Coiffes interdites -

Ce festival s'est lancé sur la musique dite "indie" (indépendante), en proposant des artistes parfois peu connus et si "en 2006, la scène indie était davantage cloisonnée, en 2015, ce n'est plus le cas. Notre public est très éclectique dans ses goûts et sa composition", explique la programmatrice.

Chaque année les organisateurs misent sur quelques grands noms et Osheaga doit beaucoup aux prestations d'artistes comme The Cure, Snoop Dogg, Eminem et Coldplay.

Cette année, le phénomène musical belge Stromae devait jouer ce rôle. Pour des raisons de santé, tous ses concerts ont été annulés jusqu'au 2 août, trop tard pour Osheaga. Cette déconvenue n'a cependant pas freiné la vente de billets et la chaleur qui s'est installée sur le Québec depuis le début de la semaine donnera aux festivaliers le loisir de flâner au gré des spectacles.

Une interdiction a été lancée aux festivaliers comme aux artistes, celle de porter des coiffures traditionnelles amérindiennes. Une habitude qui se répandait depuis quelques mois dans des concerts, et qui s'est soldée mi-juillet par un incident à Winnipeg, dans le centre du Canada, entre une autochtone et une spectatrice.

"Ces coiffes ont une signification spirituelle et culturelle dans la communauté autochtone et afin de respecter les traditions et la dignité des peuples autochtones, Osheaga demande de ne pas utiliser ce symbole en tant qu'accessoire de mode", ont demandé les organisateurs.

jub/mbr/faa/tll