NOUVELLES
29/07/2015 03:54 EDT | Actualisé 29/07/2016 05:12 EDT

Moscou impose son droit de veto à une résolution de l'ONU en faveur d'un procès sur l'écrasement du vol MH17

ASSOCIATED PRESS
Russian President Vladimir Putin gestures while speaking at a news conference after the Shanghai Cooperation Organization (SCO) summit in Ufa, Russia, Friday, July 10, 2015. President Vladimir Putin announced Friday that India and Pakistan will join the Shanghai Cooperation Organization, a group dominated by Russia and China and also including former Soviet republics in Central Asia. (AP Photo/Ivan Sekretarev)

La Russie a imposé son veto mercredi au Conseil de sécurité à une résolution qui aurait créé un tribunal spécial pour juger les responsables du crash du vol MH17 abattu en juillet 2014 dans l'est de l'Ukraine.

Onze pays ont voté pour, trois se sont abstenus (Chine, Venezuela, Angola). Juste avant le vote, les 15 pays membres avaient observé une minute de silence en souvenir des 298 victimes du crash du Boeing malaisien, en majorité néerlandaises.

Au téléphone mercredi avec le premier ministre néerlandais, Mark Rutte, le président russe Vladimir Poutine a affirmé que la Moscou contredisait toujours la version de l'Ukraine et des Pays-Bas.

L'Ukraine et l'Occident soupçonnent que l'avion ait été touché par un missile tiré par les rebelles séparatistes, qui sont soutenus par la Russie, ou par les soldats russes. Moscou nie cela. Près de 200 des 298 victimes de l'écrasement étaient néerlandais.

D'après ce qu'a rapporté le Kremlin, M. Poutine a dit qu'un tribunal serait «inopportun» parce que la Russie a encore beaucoup de question sur l'enquête, à laquelle elle n'a eu que peu accès.

Galerie photo Écrasement du vol MH17: un an après Voyez les images