Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un dentiste américain est accusé d'avoir tué Cecil, le lion du Zimbabwe

La police du Zimbabwe a annoncé mardi être à la recherche d'un dentiste américain qui aurait abattu le lion le plus populaire du pays, un geste vivement dénoncé par les groupes de conservation de la faune.

Walter Palmer aurait d'abord blessé l'animal de 13 ans à la crinière noire avec une flèche, avant de le tuer à l'arme à feu, le 1er juillet dernier, près du parc national Hwange.

Les groupes de conservation de la faune du pays ont vivement critiqué la chasse du lion, en raison de sa popularité auprès des touristes et des circonstances dans lesquelles il a été tué. Il a été appâté avec une carcasse d'animal à l'extérieur du parc national, où il est interdit de chasser.

Deux Zimbabwéens soupçonnés d'avoir accompagné M. Palmer et d'avoir tué, dépecé et décapité le lion Cecil vont être jugés pour braconnage mercredi par le tribunal de Victoria Falls. Palmer leur aurait payé 50 000 €, soit l'équivalent de 72 500 $, pour ajouter ce prestigieux trophée de chasse à sa large collection.

L'un des suspects est Theo Bronkhorst, un chasseur professionnel de la société Bushman Safaris. Son permis de chasse a été suspendu avec effet immédiat et le trophée du lion a aussi été saisi.

L'autre suspect est le propriétaire de la ferme où le lion aurait été abattu, Honest Trymore Ndlovu. Le chasseur se serait entendu avec le propriétaire pour tuer le lion.

Un porte-parole de M. Palmer a reconnu dans les pages du quotidien britannique The Telegraph qu'il pourrait avoir tué le lion.

L'Américain prétend qu'il détenait tous les permis requis pour abattre le roi de la jungle. Or, les Parcs nationaux du Zimbabwe, dans le communiqué détaillant les accusations auxquelles font face les deux Zimbabwéens, soutiennent que « ni le chasseur professionnel ni le propriétaire terrien ne possédaient de permis justifiant la prise de ce lion, et ils sont donc soupçonnés de chasse illégale. »

« Toutes les personnes impliquées dans ce dossier comparaîtront en cour pour des accusations de braconnage », poursuit le communiqué.

La police est aussi à la recherche du fils du chasseur, Zane Bronkhorst, qui est soupçonné d'avoir participé à la chasse.

Selon la page Facebook de l'entreprise Bushman Safaris, la famille Bronkhorst dirige l'entreprise spécialisée dans les chasses de léopards dans le nord du Zimbabwe depuis 1992.

Le président de l'association des opérateurs de safaris, Emmanuel Fundira, estime que la mort d'un lion aussi emblématique est une vraie perte pour le tourisme local et une grande source d'anxiété.

« Cecil portait un collier. Cela signifie qu'il avait été choisi à des fins de recherches et d'études. Il était aussi populaire auprès des visiteurs de Hwange qui étaient fascinés par sa crinière noire et voulaient toujours savoir où il était », a-t-il ajouté.

Les chasseurs ont d'ailleurs retiré ce collier après avoir abattu l'animal, ce qui est illégal.

Les amateurs de chasse sont prêts à payer des fortunes pour tuer de gros gibiers, comme des buffles et de grands félins, sur les terres africaines, où la chasse au trophée est légale dans les réserves privées.

Réactions sur les médias sociaux

Après avoir été identifié comme étant le chasseur responsable de la mort du lion, le dentiste du Minnesota a subi une vague d'indignation sur Internet.

Le journaliste qui a publié l'histoire d'Edward Snowden, Glenn Greenwald, a critiqué sévèrement son geste, demandant l'extradition du dentiste vers le Zimbabwe. Il a aussi indiqué que sa boîte vocale était pleine, tout en présumant qu'elle était remplie de messages de haine.

Le comédien et défenseur des droits des animaux Ricky Gervais a aussi critiqué l'homme.

La page Facebook de son cabinet dentaire et son profil personnel Twitter ont été fermés après de nombreuses insultes. Son bureau de dentiste semble aussi fermé, selon plusieurs journalistes.

Des animaux en voie de disparition

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.