Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Pearl Habour: les autorités tentent d'identifier des marins morts sur l'Oklahoma

HONOLULU — Les autorités militaires américaines ont fait exhumer de nouveaux cercueils contenant les restes de membres de l'équipage du USS Oklahoma tués lors de l'attaque de Pearl Harbor en 1941, qui n'ont pas encore été identifiés.

Les restes enfermés dans cinq cercueils reposaient depuis des décennies au cimetière militaire national du Pacifique, à Honolulu. La division des prisonniers de guerre et des disparus tentent de retrouver et d'identifier jusqu'à 388 marins de l'Oklahoma et soldats du corps des marines toujours considérés comme disparus.

Les restes ont été transportés au laboratoire de la base de Pearl Harbor-Hickam. Certains d'entre ces morts vont être identifiés à l'aide des dossiers dentaires. Les autres seront envoyés dans un autre laboratoire, à Omaha, où ils feront l'objet d'analyses d'ADN.

Le général à la retraite Michael Linnigton, qui dirige la division des prisonniers de guerre et des disparus, a indiqué aux journalistes que les membres des familles des disparus espèrent que le processus d'identification arrivaient à bon terme.

L'opération d'identification implique 61 cercueils enterrés au cimentière militaire d'Honolulu. Jusqu'à présent 15 cercueils ont été récupérés.

Le cuirassé Oklahoma a chaviré lorsqu'il a été atteint par des torpilles lancées par des avions japonais, le 7 décembre 1941. Pas moins de 429 marins et membres du corps des Marines ont été tués. Seulement 35 d'entre eux ont pu être formellement identifiés.

Plusieurs centaines avaient été enterrés avec la mention «inconnu» dans des cimetières en Hawaii. En 1950, ils ont été enterrés de nouveau, toujours sous la mention «inconnu» au cimentière national du Pacifique.

Audrey McAvoy, The Associated Press

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.