Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Nouvelle poussée d'algues bleu-vert au Québec (VIDÉO)

Les algues bleu-vert ou cyanobactéries sont de retour au Québec. Cette année, comme c'est souvent le cas, c'est la région de la Montérégie qui est frappée en premier, particulièrement dans la baie Missisquoi.

Malgré une apparition tardive cet été, les pluies abondantes et la chaleur des derniers jours ont favorisé la prolifération de ces algues au grand dam des résidents de la région.

« On pensait ne pas en avoir cette année, on pensait s'en sauver avec le frais qu'on a eu, la pluie qu'on a eue, on s'est dit qu'on va s'en sauver... »

— Danièle Thibault, une résidente de Saint-Armand, une municipalité où on dénote la présence de cyanobactéries

L'abondance d'algues bleu-vert peut compromettre les activités nautiques des riverains. De plus, les cyanobactéries relâchent des substances possiblement toxiques pour les humains.

Pour Mme Thibault, la prolifération de cyanobactéries, qui peut durer plusieurs jours, présente d'autres types de désagréments : « Il y a des algues qui se ramassent, le soleil plombe là-dessus, alors que c'est sûr que ça dégage une odeur. Des fois, je ferme mes fenêtres parce que ce n'est vraiment pas agréable ».

À Venise-en-Québec, à un kilomètre de là, les citoyens se réjouissent de l'absence d'algues sur leurs rives.

« Tous les ans, c'est la même chose. Tous les ans, ça s'accumule là, évidemment c'est malheureux pour eux, bienheureux pour nous. Évidemment, le vent et la baie de Venise font en sorte que nous sommes protégés, c'est de l'autre côté que ça s'accumule. »

— Jacques Landry, maire de Venise-en-Québec

La présence des algues est facilement identifiable par des dépôts épais bleu-vert au bord des rives. Leur multiplication dépend de plusieurs facteurs environnementaux.

Les principaux responsables de la croissance des algues bleu-vert sont les fertilisants utilisés dans les champs et transportés par les ruisseaux et les rivières vers des plans d'eaux plus importants.

Le porte-parole du ministère de l'Environnement à Sherbrooke, Daniel Messier, souligne les efforts du gouvernement et des municipalités concernées pour combattre le phénomène. « On intervient différemment maintenant, on intervient plus en amont, plus pour contrer les rejets de phosphore qui sont la principale alimentation des cyanobactéries [...]. Les municipalités, les MRC, les associations de riverains, tout le monde a mis la main à la pâte vraiment pour travailler à la régression du phénomène. On espère que c'est en cours mais évidemment on n'est pas certains ».

Le phénomène des algues bleu-vert touche environ 200 lacs au Québec.

INOLTRE SU HUFFPOST

"Brouillard" (Moscou, Russie)
Elena Barantseva
"Bétail" (Soudan du Sud)
Kieran Doherty
"Une scie à tronçonner en lance-dents"
David Ellingsen
"Rapa das Bestas"
Arcenillas Javier
"L'autre côté des couleurs"
Arnab Adak
"Pêcher en vérifiant les filets" (Vietnam 2014)
Hoang Long Ly
"Insignifiant"
Mike Mezeul
"Un train et des passagers spéciaux"
Shafayet Hossain
"Prochain arrêt, l'exotique île de Mars"
Molay Bhadra
"Voeu"
Reza Golchin
"Le pouvoir de la mémoire"
Barun Datta
"Pont"
Miguel Gomez
"Une station spatiale Russe"
Alexander Zemlianichenko
"Glacier 1987, Mont Kenya" (2014)
Simon Norfolk
"Portrait solaire"
Rubén Salgado Escuder
"Prière en ville"
Joydeep Mukherjee
"Anciens pneus réutilisés"
Ly Hoang Long
"Vivre dans la destruction de navires"
Tushar Yousuf
"À la maison sans maison"
Md Shahnewaz Khan
"Enfants qui ramassent des déchets en plastique"
Huynh-Thu
"Dans le noir"
Ian Wade
"Gîte rural"
Fotis Milionis
"Mondialisation"
David Cheresna
"Tempête de sable sur la ville"
Kuwait, Rizalde Cayanan
"Tuyau"
Kevin McElvaney
"Arbre en plastique"
Eduardo Leal
"Recherche d'environnement"
Hoang le Duy
"Plages sales"
Amanda Jackson
"Coin triste"
Serban Andrei Ionut
"Travail de nuit"
Duong Thanh Nguyen
"Le projet Bitrot au Ghana -un jeune homme qui transporte des déchets toxiques dans sa brouette"
Valentino Bellini
"Fouiller dans les ordures"
Belal Rana
"Forêt de Cladonia" (États-Unis)
Matthew Cicanese
"Collecte de crabes, Satkhira" (Bangladesh)
Kazi Riasat Alve
"La vie dans les inondations après les marées 3, Chittagong" (Bangladesh)
Jashim Salam
"Coiffeur 2" (Turquie)
Hayri Kodal
"L'or du diable" (Indonésie)
Luca Catalano Gonzaga
"Arbre en plastique 20" (Bolivie)
Eduardo Leal
"Revenir sur nos pas, Fukushima" (2014)
Carlos Ayesta and Guillaume Bression
"Salon de beauté, Lagos" (Nigéria)
Petrut Calinescu
"Le village abandonné de Geamana" (Roumanie)
Glyn Thomas

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.