Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le viol entre époux n'existe pas, selon l'avocat de Donald Trump

L'avocat du candidat à l'investiture républicaine Donald Trump a défendu les allégations selon lesquelles le multimillionnaire aurait agressé sexuellement son ex-femme il y a plusieurs années, en affirmant faussement qu'il est légal de violer son épouse à New York.

Or, l'exemption de viol entre conjoints a été abolie en 1984 par l'État de New York.

Michael Cohen, qui est aussi conseiller spécial pour la campagne électorale de Donald Trump, a menacé de poursuivre le journaliste du Daily Beast qui a fait ressortir cette vieille histoire entre Ivana Trump et Donald Trump à l'époque où ils étaient mariés.

« Vous écrivez une histoire qui a le nom de M. Trump et qui inclut le mot viol, je vais gâcher votre vie aussi longtemps que vous serez sur cette planète », a-t-il lancé au journaliste.

Des propos controversés

Donald Trump cumule les controverses depuis qu'il a accusé les immigrants mexicains, lors de son discours d'investiture, d'être des criminels et des violeurs.

Le Daily Beast a publié lundi un article qui affirme qu'Ivana Trump se serait déjà senti violée par son mari dans un incident qui date de 1989.

Donald Trump se serait fâché contre sa femme, qui lui avait fortement recommandé de subir une intervention chirurgicale douloureuse, et l'aurait agressée sexuellement. Le multimillionnaire a toujours nié ces allégations.

Cette déclaration a été rendue publique dans une déposition qui faisait partie de la cause d'Ivana Trump lors de leur divorce, au début des années 1990, et qui a été reprise dans le livre Lost Tycoon : The Many Lives of Donald J. Trump, publié en 1993.

Peu avant la publication du livre, les avocats de Donald Trump ont fourni une déclaration d'Ivana qui adoucit ces précédents propos.

« À une occasion en 1989, Donald Trump et moi avons eu une relation conjugale où il s'est comporté de façon très différente que ce à quoi j'étais habituée durant notre mariage. Comme femme, je me suis sentie violée parce que l'amour et la tendresse qu'il exprimait normalement envers moi étaient absents. J'ai parlé d'un viol, mais je ne veux pas que mes mots soient interprétés dans un sens littéral ou criminel », a-t-elle affirmé dans une note qui se retrouve en première page du livre.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.