Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le rapport sur le drame des cadets de Valcartier attendu ce matin

Le rapport d'enquête de l'ombudsman des Forces armées sur l'explosion qui a fait six morts lors d'un camp de cadets à Valcartier en 1974 sera dévoilé ce matin.

41 ans après les événements, les séquelles sont encore vives pour les survivants de ce drame. Plus d'une cinquantaine de personnes ont subi des blessures physiques et une quarantaine sont toujours aux prises avec des problèmes psychologiques.

Le 30 juillet 1974, une grenade, qui ne devrait pas être active, a explosé lors d'une formation sur la sécurité et les explosifs à la base militaire de Valcartier. Au moins 140 personnes, des cadets, sous-officiers et officiers, étaient réunies dans un dortoir dans le cadre de cette présentation.

L'explosion a tué six cadets de 14 et 15 ans et plusieurs autres ont été gravement blessés.

Après des années de silence douloureuses pour les victimes, l'ombudsman de la Défense nationale, Gary Walbourne, a confirmé en mai, l'an dernier , la tenue d'une enquête sur les événements, 40 ans après le drame.

Des excuses réclamées

Charles Gutta, qui était adjudant-maître lors de l'explosion en 1974, milite depuis 8 ans pour faire reconnaitre les traumatismes vécus par les survivants.

Le militaire à la retraite réclame aussi de l'aide médicale pour les survivants dont les blessures ont été ignorées pendant des années.

« Ils ont toujours dit que les cadets ne faisaient pas partie de l'armée. Par contre, ils étaient sous la garde et le contrôle des membres des Forces. Il y en a aujourd'hui qui ont quoi? 50 ans, 55 ans, et ils ont toujours des éclaboussures de grenade à l'intérieur de leur système. »

L'ombudsman de la Défense nationale s'est engagé à faire la lumière sur les circonstances de cette explosion et à déterminer si l'armée aurait dû en faire davantage pour soutenir les victimes. Le rapport doit être rendu public à 10 h ce matin.

Le ministre de la Défense, Jason Kenney, a déjà confirmé qu'il avait l'intention de donner suite à chacune des recommandations de l'ombudsman.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.