Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le groupe Boko Haram tue au moins 29 personnes au nord du Nigeria

LAGOS, Nigéria — Les combattants du groupe extrémiste Boko Haram ont abattu au moins 29 personnes dans des villages chrétiens au nord du Nigeria, selon des témoins.

La journée de lundi a été la dernière des attaques du groupe qui ont fait des centaines de morts au Nigeria et dans les pays environnants au cours des dernières semaines.

Un habitant, Paul Ali Dille a confié mardi que la plupart des résidants du village de Dille avait pu prendre la fuite, mais ceux qui n'ont pas pu quitter à temps ont été fusillés et plusieurs maisons ont été incendiées.

Les extrémistes auraient aussi fait irruption lundi soir dans le village voisin, à Mwuthamam. On ne sait pas encore combien de personnes sont mortes à cet endroit.

Dimanche dernier, une femme kamikaze s'est fait exploser dans un marché bondé, à Damaturu, faisant 15 victimes et 50 blessés. Deux jours plus tôt, le village de Maikadiri avait été ciblé. Au moins 14 personnes avaient perdu la vie et 500 vaches ont été exécutées.

Le président nigérian Muhammadu Buhari sera en visite officielle au Cameroun, mercredi, pour apaiser les tensions entre les deux pays et trouver des moyens de renforcer l'armée multinationale pour combattre les extrémistes — qui mènent de plus en plus d'attaques à l'étranger.

Il y a deux mois, le président Buhari a visité le Tchad et le Niger, qui contribuent déjà à l'effort militaire pour chasser le groupe.

Par le passé, le Nigeria a accusé le Cameroun de ne pas en faire assez dans la lutte contre Boko Haram. En revanche, le président camerounais Paul Biya n'a pas assisté à la cérémonie d'investiture de M. Buhari en mai dernier. M. Biya n'a pas non plus apprécié que son homologue prenne autant de temps avant d'aller le visiter.

«Les deux pays sont étroitement liés et ils n'ont pas le choix de maintenir une relation pour affronter Boko Haram», a indiqué Chris Fomunyoh, analyste à l'Institut démocratique national de Washington.

Caelainn Hogan, The Associated Press

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.