Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Des militans tibétains font campagne pour que Pékin n'obtienne pas les JO 2022

PÉKIN, Chine — Des militants tibétains et d'autres groupes exhortent le Comité international olympique (CIO) à ne pas attribuer les Jeux d'hiver de 2022 à Pékin, affirmant que le dossier des droits de l'homme en Chine après les Jeux olympiques de 2008 dans la capitale chinoise s'est détérioré plutôt que de s'améliorer comme on l'espérait.

Le CIO choisira vendredi entre deux villes: Pékin et la plus grande ville du Kazakhstan, Almaty, après le retrait de toutes les autres candidatures pour des raisons financières ou politiques. Les deux pays sont souvent critiqués pour leur bilan en matière des droits de la personne et la liberté de la presse.

Des groupes tibétains et militants des droits humains ont écrit des lettres au CIO, remis un rapport au CIO sur les atteintes aux droits de la personne et ont essayé de perturber le lobbying de la ville pour tenter de faire obstacle au choix de Pékin comme lors du vote de 2001 pour les Jeux olympiques d'été de 2008.

«En 2001, nous avons perçu un certain optimisme de la part du CIO que les jeux pourraient aider à améliorer les droits de l'homme en Chine. C'est exactement le contraire qui s'est produit», a déclaré Alistair Currie de Free Tibet, organisme basé à Londres, qui est l'un des groupes de coordination de campagne par le Réseau International Tibet.

Offrir de nouveau les jeux à la Chine revient à dire «vous êtes un membre à part entière de la collectivité mondiale, vous pouvez recevoir tous les honneurs et le prestige qui vont de pair avec — ce qui va encourager son approche de réprimer les droits de l'homme au Tibet et ailleurs», a déclaré Currie.

Le ministère des affaires étrangères a déclaré dans un communiqué, mardi, que la candidature chinoise est destinée à promouvoir les Jeux olympiques dans le pays et inspirerait plus de 300 millions de Chinois à participer à des sports d'hiver.

Golog Jigme, un militan tibétain, a mentionné qu'il avait co-signé une lettre à l'intention du CIO la semaine dernière avec des groupes représentant d'autres minorités ethniques l'exhortant de ne pas attribuer une autre fois les Jeux olympiques à la Chine.

Il a échappé à la surveillance de la police et fui le Tibet en mai 2014. Il avait été initialement arrêté pour avoir aidé à la production d'un film qui montrait des nomades tibétains exprimant leur mécontentement devant le pouvoir chinois au Tibet juste avant les Jeux olympiques de 2008. Il affirme avoir été roué de coups et reçu des décharges électriques pendant sa détention.

Des reportages indépendants en provenance du Tibet sont pratiquement impossibles parce que le gouvernement restreint l'accès à la région.

Le Parti communiste gouverne le Tibet depuis que les troupes ont occupé la région de l'Himalaya en 1951. Pékin affirme que cette région fait partie de la Chine depuis des siècles, mais les Tibétains revendiquent qu'elle était indépendante pendant une grande partie de ce temps.

Louise Watt, The Associated Press

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.