Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

CIO : Des coffres bien garnis jusqu'en 2032

Le Comité international olympique (CIO) a signé pour 14 milliards de dollars américains de contrats avec ses partenaires et avec des diffuseurs depuis les Jeux olympiques de Sotchi en 2014, a-t-il annoncé mardi à Kuala Lumpur.

Ces contrats, qui courent jusqu'en 2032, représentent une « contribution majeure à la stabilité financière à long terme du mouvement olympique », a déclaré Mark Adams, porte-parole du président du CIO, lors d'un point presse à l'issue de la première journée de réunion du comité exécutif.

Sur ces 18 contrats, 13 l'ont été signés avec des diffuseurs, notamment avec NBCUniversal. Parmi ces accords figurent également deux nouveaux contrats à long terme avec Bridgestone et Toyota et le renouvellement des contrats existant avec Atos, Panasonic et Samsung.

Les deux contrats les plus récents ont été signés avec Discovery Communications et avec la chaîne qatarie beIN Sports pour les droits de retransmission télévisée, Internet et de téléphonie mobile des JO de 2018 à 2024 pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

Pour ce dernier contrat, le CIO n'a pas annoncé de chiffre, mais beIN Sports aurait payé plus de 135 millions d'euros (149 M$US) pour son premier contrat direct avec l'organisation, qui s'appliquera à quatre éditions des Jeux olympiques, selon des sources professionnelles.

Cette situation financière solide et stable permet au CIO de redistribuer plus de 90 % de ses revenus pour soutenir les athlètes et le sport dans le monde, soit l'équivalent de 3,5 millions de dollars par jour, chaque jour de l'année, souligne le CIO.

À l'occasion de sa 128e session à Kuala Lumpur, le CIO doit désigner vendredi, entre Pékin et Almaty, la ville hôtesse des JO d'hiver 2022.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.