BIEN-ÊTRE
24/07/2015 11:17 EDT | Actualisé 24/07/2015 11:36 EDT

Des traitements encourageants pour les personnes allergiques

John Rusk/Flickr
Solidago spathulata—dune goldenrod. Isolated occurences in stabilized dunes and headlands in Oregon and California. The insect-pollinated genus Solidago is not to blame for seasonal pollen allergies. Photographed at Regional Parks Botanic Garden in Tilden Regional Park near Berkeley, CA.

Classée au 4e rang mondiale des maladies par l’OMS, l’allergie touche de plus en plus de monde et cela risque de s’aggraver d’ici les 35 prochaines années. Certains spécialistes s’attardent à dire qu’il y a de l’espoir pour les millions de personnes qui souffrent de « ce mal du siècle ».

Qu'elles soient alimentaires ou respiratoires, les allergies deviennent parfois handicapantes.

Léa vit avec son asthme depuis son plus jeune âge. En France, pays dont elle est originaire, elle bénéficie de plusieurs traitements pour soigner ses allergies au pollen, à la poussière et aux acariens. Pour cette jeune fille, la saison estivale est un véritable calvaire « mes sorties sont difficiles. J’ai les voies respiratoires encombrées et j’ai parfois du mal à respirer» décrit Léa. Léa se satisfait avec les traitements des symptômes de ses allergies respiratoires mais se méfit des retombées liés à une utilisation erronée de ces médicaments comme le ventolin qui dans certains cas provoque des céphalées, des tremblements, une augmentation du rythme cardiaque ou des crampes musculaires. Même si ses traitements sont une solution acceptable, elle cherche des alternatives médicamenteuses plus fiables et naturelles.

L’immunothérapie, seul vrai traitement de l’allergie

En 2010, l’Organisation Mondiale de la Santé documentait qu’une personne sur dix souffrait d’allergie. En 2050, elle estime que la moitié de la population mondiale souffrira au moins d’une allergie, une maladie souvent chronique et évolutive.

Pour contrer ce mal de nombreux chercheurs se sont penchés sur des solutions efficaces et naturelles.

Le docteur Guy Tropper, spécialiste ORL voué à la médecine de l’allergie et fondateur de la clinique AVANT GARDE Médicale est très optimiste en ce qui concerne l’avenir des personnes souffrants d’allergies grâce à des traitements novateurs comme l’immunothérapie, une approche pratiquée dès les années 1900 mais qui évolue rapidement ces dernières années. L’immunothérapie est un traitement traditionnel qui consiste à administrer aux patients souffrants d’allergies respiratoires plusieurs doses d’une substance équivalente à sa propre allergie: « si vous êtes allergiques au pollen de bouleau par exemple, on vous expose de façon répétitive à un équivalent du pollen de bouleau, filtré, purifié, de qualité médicale » explique le docteur Guy Tropper. Si le traitement a fait ses preuves toutes ces années, il reste incommodant puisqu’il s’administre traditionnellement par injection et nécessite une surveillance dans le bureau du médecin en cas de grave réaction.

Les avancées en allergie respiratoire

D’autres innovations viennent compléter ce traitement comme l’immunothérapie sublinguale qui est une alternative de l’immunothérapie. Cette pratique qui s’installe peu à peu en Amérique du Nord est plus facile d’utilisation puisqu’elle ne nécessite pas d’injections. « L’immunothérapie sublinguale nous permet en déposant les allergènes sous la langue, une fois par jour à la maison d’exposer le système immunitaire à un endroit du corps qui est particulièrement orienté vers l’apprentissage d’une réponse immunitaire normale » indique le docteur Guy Tropper.

Aujourd’hui on constate que les tests pour détecter l’allergie ne sont pas 100% fiables et peuvent parfois donner des résultats erronés « ils sont faussement positifs dans environ 30% des cas et faussement négatif dans environ 10% des cas » précise le docteur Guy Tropper mais là aussi, une autre innovation qui s’installe graduellement en Amérique du Nord change la donne.

L’allergologie moléculaire est une petite révolution dans le monde l’allergie. « Elle nous permet de saisir l’allergie non pas en terme de l’allergène complet, de l’arachide ou poil de chat ou le pollen de bouleau mais en terme de quelques protéines qui sont beaucoup plus précisément associées à l’allergie » dit le Dr Tropper. L’allergie moléculaire donne une précision dans les résultats qui permet une meilleure appréciation de certains cas d’allergies et du traitement à recommander.

De nouvelles approches en allergie alimentaire

Si les allergies respiratoires sont contraignantes, les allergies alimentaires le sont d’autant plus. La désensibilisation orale est un traitement thérapeutique qui s’attaque à la base même du problème. Les tests épicutanés, quant à eux, consistent à détecter quelles sont les substances responsables d’une allergie, l’allergologue teste alors jusqu’à 50 produits contenant un allergène potentiel. Enfin le programme de recherche européen FAST promet d’ici 5 à 20 ans de traiter toutes les allergies même alimentaires.

Toutefois tous ces traitements ont un coût, si en France la plus part d’entre eux sont remboursés, au Canada il faudra attendre quelques années avant qu’ils le soient. Ces traitements représentent néanmoins une source d’espoir pour les maladies allergiques et les personnes qui en souffrent.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Ce qui peut empirer les allergies Voyez les images