NOUVELLES
23/07/2015 07:00 EDT

Brésil: une balayeuse de rue sexy balaie les préjugés grâce aux médias sociaux (PHOTOS)

Devenue une sensation d’Internet du jour au lendemain, Rita Mattos compte utiliser les médias sociaux pour balayer les préjugés liés à son emploi.

L’employée municipale de 24 ans, qui nettoie quotidiennement les rues de Rio de Janeiro, a été l’objet de commentaires à l’effet qu’elle serait trop attirante pour faire ce genre de travail. Selon BuzzFeed News, les photos ayant suscité ce débat ont été publiées dans WhatsApp avant d’être largement partagées dans les médias sociaux. Au moment de publier ces lignes, le compte Instagram de Rita Mattos comptait plus de 50 000 abonnés.

En dépit des nombreuses remarques la concernant, Mattos refuse d’établir un lien entre son apparence physique et son gagne-pain.

« Certains croient qu’il faut être laide pour être balayeuse de rue », a-t-elle affirmé à BuzzFeed News. « Ils prétendent que je n’ai pas le physique de l’emploi, mais je ne leur accorde aucune importance. »

Chose certaine, la jeune Carioca profite de l’attention qu’on lui porte pour se moquer des stéréotypes et manifester sa fierté : « Les gens paniquent lorsqu’ils voient une jolie fille en train de balayer la rue », a-t-elle confié au site brésilien Extra. « Ils disent que je pourrais trouver un meilleur boulot que désherber et ramasser les déchets. Mais qui a dit que les balayeuses de rue devaient être laides? Nous faisons face à un préjugé. Malgré ma lourde charge de travail, je m’amuse bien et je suis fière de faire ce que je fais. »

Tirant profit de sa popularité soudaine, Rita Mattos a lancé sa propre page Facebook. Elle n’a aucune intention de quitter son emploi, mais se dit attirée par le mannequinat et espère un jour étudier l’administration à l’université.

« Je suis très indépendante. Je travaille depuis l’âge de 16 ans. J’ai toujours voulu tracer mon propre chemin et j’ai bon espoir de réaliser tous mes rêves. »

Si balayer les préjugés liés à la beauté féminine figurait sur sa liste, elle peut maintenant se dire « mission accomplie ».

Cet article initialement publié sur le Huffington Post États-Unis a été traduit de l’anglais.