BIEN-ÊTRE
21/07/2015 01:37 EDT | Actualisé 22/12/2015 01:43 EST

Après un cancer, le mannequin Elizaveta Bulokhova a tenté de se retrouver grâce à la photo (PHOTOS)

Manolo Ceron

C’est au mois de mai que le mannequin canadien Elizaveta Bulokhova a commencé à ressentir des douleurs dans la mâchoire. Peu de temps après, en juin, elle tombait enceinte de son fils Valentin. En octobre, elle apprenait qu’elle avait un ostéosarcome de la mandibule, soit un cancer de la mâchoire.

16 heures de chirurgie, une reconstruction de la mâchoire grâce aux os, tissus et nerfs de différentes parties de son corps, 10 semaines sans ouvrir la bouche, plusieurs mois de chimiothérapie et un bébé plus tard, Elizaveta est en rémission et a choisi de se réapproprier son apparence grâce au photographe Manolo Ceron.

Un tournant surprenant

Celle qui travaillait comme mannequin décrit elle-même sa vie avant le cancer comme géniale. « Je louais un appartement à New York, mon copain avait eu une opportunité d’emploi en Europe, alors je suis allée tenter le marché londonien, mais ma vie a changé d’une façon inattendue », raconte celle qui est aujourd'hui installée à Toronto.

C’est ce changement de vie et le changement d’attitude qui vient avec qui a permis à Elizaveta de trouver la force de se retrouver devant une caméra à nouveau. « Je voulais seulement me retrouver devant la caméra et me rappeler comment je me sentais avant, même si c’était seulement pour un jour, de faire semblant que rien n’avait changé dans ma vie, que je faisais encore ce que j’aime. Manolo est un photographe génial, je me sentais belle devant sa caméra. Cette journée m’a rendue heureuse. Je ne savais pas ce qu’il avait en tête quand il m’a proposé de faire la séance photo, mais j’ai tout de suite dit oui », se souvient Elizaveta.

Toronto, I Love You #canada#toronto

A photo posted by Elizaveta Lowicz Bulokhova (@elizavetalowicz) on

Elle raconte avoir discuté avec le photographe de la représentation de ses nouvelles cicatrices, traces de sa maladie. « Mon chirurgien a fait un merveilleux travail, elles sont de l’art pour moi. Certaines personnes se font faire de la chirurgie plastique de mon côté, je me suis fait faire une toute nouvelle mâchoire et j’ai de nouvelles cicatrices trop cool! »

Le texte se poursuit sous la galerie.

Galerie photo Elizaveta Bulokhova : voir le cancer autrement Voyez les images

Une vision de la mode différente

Aujourd’hui, Elizaveta pose un regard très différent sur le monde de la mode, qui a un jour été le sien. « Les temps ont changé et la mode avec. On voit des mannequins aux physiques plus diversifiés, qui ne sont pas nécessairement conformes aux standards de beauté, ce qui est génial, estime-t-elle. La beauté vient de la force et de l’intérieur et ça finit par paraître à l’extérieur aussi. Je trouve que c’est incroyable que le monde de la mode devienne plus conscient et ouvert. »

Sa définition de la beauté a elle aussi beaucoup changé depuis le cancer qui lui a coûté une partie de la mâchoire. « Vous êtes celle qui définit votre beauté. Comment vous vous sentez vous fait sentir belle et si vous vous aimez, rien ne peut vous défaire, pas même le cancer. Toutes les imperfections font de vous ce que vous êtes. Vous devenez fière de vous comme personne et ça devient beaucoup plus important, cette force intérieure et cette habileté de passer par-dessus les obstacles. »

Elizaveta a dû réapprendre à accepter son corps et sa nouvelle beauté après son cancer. « Ma personnalité est ce qui fait que je suis moi, pas mon apparence. Je me sens belle, donc je suis belle. J’aurais seulement souhaité avoir compris ça avant. »

#nofilter#nyc#mikekobal#portrait#selfie#selfieoftheday#lookoftheday#tbt#nymodels#models#modelonduty#sutherlandmodels

A photo posted by Elizaveta Lowicz Bulokhova (@elizavetalowicz) on

Elizaveta avant la maladie.

Un bébé plus tard…

Enceinte, Elizaveta a dû retarder sa chimiothérapie. Plus elle repoussait le début des traitements, plus les chances de guérison s’amenuisaient. Après un accouchement prématuré, l’ancienne mannequin a pu commencer des traitements qui l’ont laissée affaiblie, incapable de manger, mais aussi avec un bébé en santé. « Valentin va bien, il aime apprendre, il me laisse dormir, je ne peux pas me plaindre », rigole-t-elle.

Les petits bonheurs sont devenus très précieux pour Elizaveta. « Je peux dire que je suis plutôt bien. J’ai appris à vivre ma nouvelle vie. J’ai trouvé une routine. Et trouvé encore plus de raisons de me réveiller le matin et être heureuse. Chaque jour est un bon jour pour moi. Je suis vivante, capable de manger, j’ai la famille dont j’ai toujours rêvé. »

» Abonnez-vous à l'infolettre quotidienne du HuffPost Québec Style