NOUVELLES
20/07/2015 02:47 EDT | Actualisé 20/07/2016 01:12 EDT

Burundi: dates-clés de la contestation

Le Burundi traverse depuis fin avril une crise politique majeure émaillée de violences, née de la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat, que ses adversaires jugent contraire à la Constitution.

Plus de 80 personnes ont été tuées et plus de 150.000 ont fui dans les pays voisins.

Élu une première fois par le Parlement en 2005, dans le cadre d'un mécanisme de sortie de la guerre civile (1993-2006) initié par les accords d'Arusha (2000), Pierre Nkurunziza l'a été une deuxième fois au suffrage universel en 2010.

DÉBUT DES MANIFESTATIONS ET PREMIERS MORTS

- 26 avril 2015: Des milliers de manifestants se réunissent, bravant l'interdiction du gouvernement, au lendemain de la désignation de M. Nkurunziza par son parti, le CNDD-FDD, comme candidat à la présidentielle.

Trois personnes sont tuées dans des affrontements entre manifestants et policiers et deux lors de descentes nocturnes réalisées, selon des témoins, par des Imbonerakure (Ligue de jeunesse du CNDD-FDD) dans un quartier nord de la capitale.

LA CANDIDATURE DE NKURUNZIZA VALIDÉE

- 5 mai: La Cour constitutionnelle valide, sans surprise, la candidature de M. Nkurunziza. L'arrêt est signé par six de ses sept juges, son vice-président ayant préféré fuir au Rwanda voisin plutôt que de cautionner une décision arrachée, selon lui, sous des "menaces de mort".

LES AUTORITÉS ORDONNENT L'ARRÊT DE LA CONTESTATION

- 9 mai: Les autorités somment les manifestants de cesser "immédiatement" et "sans condition" la contestation. Le lendemain, les opposants refusent mais dans plusieurs quartiers contestataires, police et armée démantèlent les principales barricades.

TENTATIVE DE PUTSCH AVORTÉE

- 13 mai: L'ancien chef du service de renseignements, le général Godefroid Niyombare, annonce la destitution de M. Nkurunziza, en déplacement en Tanzanie.

Le 15 mai, la tentative de putsch échoue, certains des meneurs se rendent, d'autres fuient. Pierre Nkurunziza, de retour à Bujumbura, établit un lien entre les putschistes et les "soulèvements en cours", en référence aux manifestations.

Le 18 mai, il limoge son ministre de la Défense, jugé trop conciliant avec les manifestants, et celui des Relations extérieures.

ASSASSINAT D'UN LEADER DE L'OPPOSITION

- 23 mai: Zedi Feruzi, président de l'Union pour la paix et la démocratie (UPD), petit parti d'opposition, est abattu avec un de ses gardes du corps près de chez lui à Bujumbura.

DÉFECTION DU PRÉSIDENT DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE

- 28 juin: Le président de l'Assemblée nationale sortante Pie Ntavyohanyuma, deuxième personnage de l'État et membre du CNDD-FDD, opposé au troisième mandat, annonce sa défection depuis Bruxelles. Son départ s'ajoute à la longue liste d'opposants, journalistes, membres de la société civile mais aussi cadres frondeurs du CNDD-FDD qui ont choisi l'exil.

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES ET COMMUNALES

- 29 juin: Le CNDD-FDD remporte largement les législatives boycottées par l'opposition et décriées par la communauté internationale.

JOURNÉE SANGLANTE À CIBITOKE

- 1er juillet: Six personnes sont tuées dans le quartier de Cibitoke, en périphérie de Bujumbura. La police affirme avoir engagé des combats avec un "groupe armé". Mais des témoins parlent d'exécutions sommaires lors d'une opération de ratissage par les policiers.

PRÉSIDENTIELLE REPORTÉE

- 6 juillet: Les dirigeants de la Communauté est-africaine (EAC) demandent de nouveau le report de la présidentielle controversée, du 15 au 30 juillet. Mais celle-ci n'est reportée que d'une semaine, au 21 juillet.

COMBATS SPORADIQUES DANS LE NORD

- 10 juillet: Début de combats entre l'armée et un groupe armé dans les provinces de Kayanza et Cibitoke, près de la frontière avec le Rwanda et la République démocratique du Congo. Plus de 220 personnes ont été depuis capturées (armée).

MÉDIATION

- 15 juillet: Le président ougandais Yoweri Museveni, mandaté par l'EAC, entame à Bujumbura une délicate médiation, avant de passer le relais à son ministre de la Défense.

acm/ayv/mba/jhd