NOUVELLES
20/07/2015 16:36 EDT | Actualisé 20/07/2016 01:12 EDT

Brésil : premières condamnations d'entrepreneurs dans le scandale Petrobras

Le tentaculaire scandale de corruption autour de la compagnie pétrolière brésilienne Petrobras a débouché lundi sur les premières condamnations d'entrepreneurs liés au géant étatique.

Trois anciens dirigeants du groupe de construction Camargo Correa, l'une des plus grosses entreprises impliquées dans l'affaire Petrobras, ont été condamnés à des peines de prison qui seront dans la pratique allégées pour deux d'entre eux, en vertu de l'accord noué avec les enquêteurs en échange de leur collaboration.

Les ex-président directeur, Dalton Avancini, et directeur vice-président, Eduardo Leite, ont été condamnés à 15 ans et 10 mois de réclusion criminelle pour corruption active et blanchiment d'argent en bande organisée.

Joao Auler, ex-président du conseil d'administration, qui a refusé de fournir des informations aux enquêteurs, a été condamné à sept ans de prison ferme.

Le texte du jugement détaille les versements par Camargo Correa de 50 millions de réais (15,6 millions de dollars) de pots-de-vin à Petrobras en échange de l'attribution de contrats pour les travaux des raffineries Geulio Vargas et Abreu et Lima.

MM. Avancini et Leite ont passé quatre mois en détention provisoire avant d'être assignés à résidence avec des bracelets électroniques. A partir de 2016, il continueront d'effectuer leur peine en régime semi-ouvert en effectuant des travaux d'intérêt général, avant de passer deux ans plus tard en liberté conditionnelle.

Camargo Correa n'a pas réagi immédiatement à l'annonce de ces condamnations. Le groupe, qui figure dans la liste des 10 principaux cimentiers au monde, a enregistré en 2014 un chiffre d'affaires de 8,1 milliards de dollars.

Entre 2004 et 2014, "de grandes entreprises brésiliennes, dont Camargo Correa, ont formé un cartel visant à truquer les appels d'offres de Petrobras lors de réunions préalables aux enchères au cours desquelles était désignée l'entreprise qui allait remporter le marché" en proposant le meilleur prix, explique le jugement.

Les géants brésiliens du BTP visés par l'enquête, dont Odebrecht ou Andrade Gutierrez, versaient à certains anciens directeurs de Petrobras des pots-de-vin représentant 1 à 3% de la valeur des marchés.

Une partie de ces sommes servait à enrichir illicitement certains directeurs indélicats du géant pétrolier, le reste étant reversé à des parlementaires ou gouverneurs appartenant dans la plupart des cas à la coalition de centre-gauche au pouvoir.

Treize sénateurs, 22 députés, dont le président de la chambre basse Eduardo Cunha, et deux gouverneurs en exercice sont visés, tout comme l'ancien trésorier du Parti des travailleurs (PT, gauche) au pouvoir, Joao Vaccari Neto, actuellement en détention provisoire.

Petrobras évalue à 2 milliards de dollars ses pertes directement liées à ce scandale.

dw/pal/ka/cls

PETROBRAS - PETROLEO BRASILEIRO