NOUVELLES
19/07/2015 04:20 EDT | Actualisé 19/07/2016 01:12 EDT

Liban: Al-Nosra veut échanger des soldats otages contre des détenues

La branche d'Al-Qaïda en Syrie a réclamé aux autorités libanaises dans une interview télévisée la libération de cinq femmes détenues dans les prisons en échange de trois soldats retenus comme otages chez elle depuis près d'un an.

Le Front Al-Nosra garde en otages 16 soldats et policiers libanais enlevés le 2 août 2014 dans une localité près de la frontière syrienne. Neuf autres sont retenus par le groupe Etat islamique (EI).

"Si cinq de nos soeurs sortent de prison (...) nous leur donnerons en échange trois soldats, a affirmé samedi soir à la chaîne libanaise privée MTV Abou Malek al-Chami, nom de guerre de l'"émir" d'Al-Nosra dans la région syrienne de Qalamoun, frontalière du Liban.

Le combattant, dont seule la voix a été entendue durant l'interview, a cité le nom de cinq prisonnières, dont une ex-épouse du chef de l'EI Abou Bakr al-Baghdadi et la femme d'un des leaders d'Al-Nosra.

MTV a effectué cet entretien dans le cadre d'une visite organisée par Al-Nosra pour les familles des otages, retenus selon la télévision dans "une grotte des montagnes de Qalamoun".

Cette visite s'est effectuée au vu et au su des autorités, la chaîne affirmant même que l'armée libanaise a accordé un permis aux familles pour traverser la frontière syrienne à travers un passage illégal.

Des proches avaient précédemment rendu visite à leurs fils, mais c'est la première fois que les familles se rendent collectivement à leur lieu de détention. Les otages, portant tous une barbe longue, sont apparus en bonne santé sous une grande tente.

La chaîne MTV a diffusé des images émouvantes de retrouvailles qui ont duré trois heures entre les parents, les conjoints et même les enfants des otages, beaucoup d'entre eux ne pouvant pas retenir leurs larmes.

D'après Abou Malek al-Chami, les "négociations sont quasi-interrompues" avec les autorités libanaises, après l'échec de médiations impliquant notamment le Qatar.

Depuis la capture des soldats et des policiers, Al-Nosra et l'EI avaient changé à plusieurs reprises leurs demandes, réclamant la libération de prisonniers islamistes au Liban ou exigeant le retrait du Hezbollah chiite libanais du conflit en Syrie.

Ce puissant parti armé soutenu par l'Iran est la bête noire des rebelles et des jihadistes car il les combat aux côtés du régime syrien de Bachar al-Assad.

rd/ram/jri

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!