NOUVELLES
19/07/2015 15:21 EDT | Actualisé 19/07/2016 01:12 EDT

Leishman est à seulement 3 coups de la tête, mais avec une nouvelle perspective

ST. ANDREWS, Royaume-Uni — Marc Leishman pensait établir un record, mais il est finalement très heureux de son 64, surtout qu'il y a des choses bien plus importantes que ça, dans la vie.

Sa perspective changée par la maladie qui a menacé sa femme, Leishman a néanmoins brillé de mille feux à l'Omnium britannique, dimanche, y inscrivant le meilleur score de sa carrière.

L'Australien de 31 ans a retranché huit coups à la normale en troisième ronde, flirtant avec la meilleure carte jamais ramenée dans un tournoi de prestige.

À 207, il n'est qu'à trois coups de la tête.

«Je me suis replacé au coeur de la course», a t-il résumé.

Leishman a eu des occasions d'oiselet de distances raisonnables aux 16e et 17e, mais il a raté son coup à chaque fois. Une autre normale a suivi au 18e trou, le privant de se joindre au club sélect qui a joué 63, lors de tournois majeurs.

Ce n'est pas comme si ce genre de choses va le déranger, par contre.

En avril, alors qu'il se préparait pour le Tournoi des maîtres, son épouse Audrey a été hospitalisée suite à une maladie mystérieuse, qui faisait penser à une grippe. Quand il a appris que sa condition empirait, il a quitté le tournoi pour rentrer à la maison au plus vite. Les organes d'Audrey avaient commencé à ne plus fonctionner, et on l'a placée dans un coma artificiel. L'heure était grave, car les médecins ont dit à Leishman qu'ils ne savaient pas si sa femme survivrait.

Dans la semaine qui a suivi, l'état d'Audrey s'est lentement amélioré, puis elle a repris conscience. Aujourd'hui, même si elle manque d'énergie, Audrey est de retour dans leur maison, avec leurs deux jeunes enfants, et elle est en chemin vers une pleine guérison.

«Ç'a complètement changé ma façon de voir les choses, a dit Leishman. Je pense avoir toujours vu le beau côté de la vie, mais maintenant, ç'a en prend beaucoup plus qu'avant pour m'inquiéter. Je ne deviens pas irrité par des petites choses sur lesquelles je n'ai pas vraiment de contrôle. Quand vous frappez mal la balle, ça ne vaut pas le coup de vous fâcher. Vous avez essayé de réussir un bon coup et ce n'est pas arrivé, tout simplement. On passe à autre chose.»

Paul Newberry, The Associated Press

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!