POLITIQUE
17/07/2015 11:37 EDT

Le nouveau chef d'état-major de la Défense, Jonathan Vance, a été assermenté (VIDÉO)

Les Forces armées canadiennes ont un nouveau grand patron. Le chef d'état-major de la Défense, Jonathan Vance, a été assermenté à Ottawa, vendredi, pour remplacer le général Tom Lawson, qui a tiré sa révérence après trois ans de service.

Le général Vance avait joué un rôle important dans la mission canadienne en Afghanistan, en plus d'être l'ancien responsable du Commandement des opérations interarmées du Canada.

Comme le nouveau chef d'état-major de l'Aviation royale canadienne l'avait fait la semaine dernière, le général Vance a également profité de son discours inaugural pour dénoncer l'inconduite sexuelle dans l'armée, qui ne sera pas tolérée sous sa gouvernance, a-t-il assuré.

Il a fait ces commentaires quelques semaines après la parution d'un rapport de l'ancienne juge de la Cour suprême Marie Deschamps, qui avait fait état d'une inconduite sexuelle « endémique » au sein de l'armée canadienne. La juge Deschamps avait d'ailleurs dénoncé la « culture machiste » dans l'organisation militaire, blâmant au passage ses dirigeants qui auraient toléré un climat où les femmes craignent de dénoncer leurs agresseurs.

Le général Vance a indiqué qu'il se concentrerait d'abord à protéger ses troupes, et l'enjeu des agressions sexuelles figure en tête de liste, a-t-il affirmé.

En entrevue, il a dit qu'il n'aimait pas l'idée que certains soldats viennent travailler dans l'armée en craignant de se faire attaquer ou humilier.

Il a indiqué qu'il se consacrerait « personnellement et rapidement » à ce problème, qui affecte selon lui le moral des membres de l'armée.

Respecter le rapport Deschamps

Bien que le général Vance n'ait pas précisé comment il tenterait de régler ce fléau, il s'est engagé à respecter le rapport de la juge Deschamps. Il a affirmé qu'il « estimait » ses recommandations, et qu'il allait tout faire pour les respecter et même en faire davantage au besoin.

Le prédécesseur de M. Vance, Tom Lawson, avait affirmé le mois dernier, lors d'une entrevue au réseau de télévision CBC, que les soldats masculins étaient programmés « biologiquement » pour s'adonner à des inconduites sexuelles. Dans certaines notes internes, le général Lawson laissait même entendre que les recommandations du rapport Deschamps allaient rester lettre morte.

L'idée que les dirigeants de l'armée soient indifférents aux allégations d'inconduite sexuelle est persistante auprès du public. Tant le gouvernement Harper que la Défense nationale ont été hantés par des nouvelles accablantes sur les suicides d'anciens soldats ou le traitement des anciens combattants - des enjeux qui risquent de ressurgir à la prochaine campagne électorale.