NOUVELLES
17/07/2015 13:02 EDT | Actualisé 17/07/2016 01:12 EDT

Tour de France - 13e étape: déclarations

Greg Van Avermaet (BEL/BMC), vainqueur de l'étape: "C'est une grande victoire. J'y suis enfin arrivé ! J'ai souvent été placé, surtout dans les classiques. Je visais une étape dans la première semaine mais je n'y suis pas parvenu. Dans les Pyrénées, j'ai survécu avec cette étape de Rodez en tête. Je ne savais pas qui était dans ma roue, je sentais une présence puis, quand il m'a remonté, j'ai compris que c'était Peter Sagan. Les 100 derniers mètres m'ont paru très longs. Je ne suis pas un coureur qui gagne vingt courses par an mais je compte en avoir six ou sept. J'en suis à quatre. C'est sûr que je pourrais mieux faire... Les classiques restent mon objectif numéro un. Quand on voit le niveau ici, je suis sûr que cette victoire va m'aider pour la suite, elle va me donner confiance. Un conseil à Sagan ? sûrement pas, j'ai le même problème, je termine souvent deuxième. La seule chose que je peux dire, c'est de toujours insister. Sagan est l'un des coureurs les plus difficiles à battre, il n'abdique jamais. J'ai un énorme respect pour lui."

Chris Froome (GBR/Sky), maillot jaune: "C'était une journée caniculaire. On a tous souffert de la chaleur dans le groupe. Le parcours était un peu plus facile aujourd'hui sauf sur les 40 derniers kilomètres. Les équipes qui visaient la victoire d'étape ont eu peur de ne pas reprendre l'échappée. Les conditions (météo) ont rendu la course sélective, j'ai vu beaucoup de coureurs fatigués après ces trois derniers jours. Beaucoup espéraient une journée plus facile mais ça ne s'est pas produit. Quand on voit les écarts dans les 500 derniers mètres, ça donne une idée de ce qui nous attend à Mende. Je m'attends à une étape sélective. Les coureurs du classement général feront quelque chose à mon avis."

Nairo Quintana (COL/Movistar), 3e du classement général: "C'était compliqué à cause de la chaleur, des petites côtes, de la tension... mais le principal, c'est de ne pas avoir perdu de temps. Je vais aborder les prochaines journées comme aujourd'hui, avec l'équipe, pour pouvoir arriver avec de la force dans les Alpes. Il y a des arrivées difficiles, avec des ronds-points, des descentes, beaucoup de facteurs qui peuvent provoquer des chutes, donc cela crée de la tension. La prochaine étape ? je ne crois pas que je pourrai récupérer beaucoup de temps, nous allons plutôt attendre la haute montagne, où notre équipe se défend encore mieux."

jm/bvo