NOUVELLES
17/07/2015 13:21 EDT | Actualisé 17/07/2016 01:12 EDT

Norvège: le meurtrier Anders Breivik admis dans un programme universitaire

COPENHAGUE — L'homme reconnu coupable d'avoir tué 77 personnes en Norvège a été admis au programme de science politique de l'Université d'Oslo, mais il restera dans sa cellule pour étudier, a annoncé vendredi le recteur de l'établissement.

Anders Behring Breivik, un partisan de l'extrême droite âgé de 36 ans, purge une peine de 21 ans de prison pour les attentats motivés par la haine commis en 2011. La majorité des victimes étaient des adolescents qui participaient à un camp d'été.

Il avait d'abord fait exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo, avant d'ouvrir le feu lors d'un rassemblement estival des jeunes travaillistes dans l'île d'Utoya, à quelques kilomètres de la capitale norvégienne. Quelques heures avant l'attaque, il avait publié sur internet un manifeste islamophobe de 1500 pages.

Dans un courriel transmis à l'Associated Press, vendredi, le recteur de l'Université d'Oslo, Ole Petter, a expliqué que tous les détenus des prisons norvégiennes ont le droit de poursuivre des études supérieures s'il répondent aux critères d'admission.

La demande d'Anders Behring Breivik avait été rejetée il y a deux ans, l'université ayant alors estimé qu'il n'était pas assez qualifié. Sa demande avait alimenté le débat en Norvège quant à savoir si une personne condamnée pour un crime aussi horrible devrait avoir le droit de poursuivre des études supérieures.

Le système judiciaire de la Norvège privilégie la réinsertion sociale afin d'aider les détenus à se préparer à leur sortie de prison, et cela inclut le droit de faire des études.

Avant les attentats de 2011, Anders Behring Breivik avait fréquenté l'école secondaire en Norvège et suivi des cours en ligne sur la gestion des petites entreprises. Mais il n'avait pas terminé son secondaire, ce qu'il a fait depuis qu'il a été reconnu coupable, en 2012.

Le détenu commencera son programme d'études en août. Il n'aura pas le droit d'aller au campus universitaire à Oslo, de suivre des cours en classe, d'accéder au contenu éducatif en ligne ou d'avoir des contacts avec d'autres étudiants ou avec le personnel de l'université.

Jan M. Olsen, The Associated Press