NOUVELLES
17/07/2015 07:22 EDT | Actualisé 17/07/2016 01:12 EDT

MH17: les rebelles commémorent les victimes et accusent Kiev

Près de 200 personnes ont participé vendredi à Grabove, dans l'est de l'Ukraine, à une cérémonie à la mémoire des victimes du crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines, abattu il y a un an au-dessus de cette zone alors en proie aux combats.

La cérémonie, organisée par les autorités séparatistes, a eu lieu dans un champ, aujourd'hui nettoyé, près du village de Grabove, où la majorité des débris du vol MH17 sont tombés.

"Nous sommes prêts à fournir toute l'aide nécessaire aux gens qui prouveront que c'est le pouvoir ukrainien criminel qui a laissé cette tragédie se produire", a déclaré un dirigeant séparatiste, Alexandre Zakhartchenko, devant la petite foule rassemblée.

Les séparatistes prorusses et les autorités ukrainiennes se rejettent mutuellement la responsabilité de la catastrophe, qui a fait 298 morts. Une enquête internationale est en cours pour élucider les circonstances du drame.

Les familles des victimes, qui n'ont pas participé aux commémorations organisées par les séparatistes, ont été invitées par M. Zakhartchenko à se rendre sur le site de la catastrophe, malgré les affrontements qui secouent encore quotidiennement l'Est de l'Ukraine.

"Si vous souhaitez venir ici, sur les lieux du drame, nous allons prendre toutes les mesures de sécurité (nécessaires) et nous vous accueillerons comme nos invités les plus chers", a-t-il affirmé.

Selon des responsables locaux, plusieurs familles des victimes se sont rendus sur le site il y a une quinzaine de jours.

Un prêtre orthodoxe, un gréco-catholique et un dignitaire musulman ont prononcé des prières à la mémoire des défunts.

Amenés en bus par les autorités séparatistes, des habitants des villages voisins de Grabove ont déposé des fleurs devant un petit mémorial en granit et lâché dans le ciel des ballons blancs symbolisant les victimes, pour la plupart des ressortissants des Pays-Bas.

Ils brandissaient également des pancartes accusant le gouvernement pro-occidental de Kiev d'avoir provoqué cette catastrophe et de poursuivre les combats dans l'Est. "Vous avez été tués et nous, on continue encore à nous tuer" ou encore "Kiev, arrête de tirer", pouvait-on lire sur leurs pancartes.

Le Boeing de la Malaysia Airlines effectuait un vol régulier entre Amsterdam et Kuala Lumpur le 17 juillet 2014 quand il a été abattu au cours de l'une des phases les plus violentes du conflit entre les forces ukrainiennes et les séparatistes prorusses.

Kiev et les Occidentaux soupçonnent les séparatistes d'avoir utilisé un missile sol-air Bouk fourni par la Russie pour abattre l'appareil. Moscou et les rebelles démentent catégoriquement toute implication dans le crash et accusent en retour les militaires ukrainiens.

is-ant/all/pop/nm/ia