NOUVELLES
17/07/2015 08:41 EDT | Actualisé 17/07/2016 01:12 EDT

Le chef des shebab somaliens appelle les musulmans d'Afrique de l'Est à les rejoindre

Le chef des islamistes somaliens shebab, affiliés à Al-Qaïda, a appelé les musulmans de "toute l'Afrique de l'Est" à s'engager à leurs côtés, dans un message rendu public vendredi.

A l'occasion de l'Aïd el-Fitr - la fête marquant la fin du ramadan, le mois saint des musulmans -, Ahmed Diriye, également connu sous le nom d'Ahmed Umar Abu Ubaidah, prie Dieu "d'alléger les souffrances des musulmans de toute l'Afrique de l'Est, en Ethiopie, en Ouganda, à Djibouti". Ahmed Diriye a pris la suite d'Ahmed Abdi Godane, tué lors d'une frappe aérienne américaine en septembre dernier.

"Nous n'épargnerons pas nos efforts pour vous assister et les portes de nos camps d'entraînement et de nos maisons sont ouvertes pour vous accueillir", lance-t-il à l'intention des populations de ces trois pays, tous engagés dans la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom) qui combat les insurgés islamistes en Somalie.

Dans son message, le responsable shebab s'adresse tout particulièrement aux musulmans kényans, qu'il appelle à "libérer leurs territoires des chrétiens" et félicite pour le massacre contre l'université de Garissa, dans le nord-est du Kenya, qui avait fait 148 morts début avril (des étudiants pour la plupart).

"Nous vous félicitons (...) pour l'héroïque opération à l'université de Garissa", dit le chef shebab, ajoutant que le massacre avait été mené en représailles aux "exécutions extrajudiciaires planifiées contre des religieux et les enlèvements de jeunes musulmans" sur la côte kényane à majorité musulmane.

Le Kenya, dont 3.000 soldats combattent également au sein de l'Amisom, partage une frontière de 700 km avec la Somalie et a été frappé à de multiples reprises sur son territoire par des raids shebab.

Voisines d'une Somalie livrée au chaos depuis plus de deux décennies, les régions du nord et nord-est kényans, longtemps négligées, peuplées majoritairement de Somali et de Swahili musulmans stigmatisés, sont devenues une cible privilégiée des islamistes: ils y trouvent relais logistiques, terreau propice à la radicalisation, et pour toute opposition un appareil sécuritaire faible.

nur-mw/mba