NOUVELLES
17/07/2015 09:48 EDT | Actualisé 17/07/2016 01:12 EDT

La Russie exige l'arrestation d'un député en exil opposé à l'annexion de la Crimée

Un tribunal russe a demandé vendredi l'arrestation d'Ilia Ponomarev, unique député russe ayant voté contre l'annexion de la Crimée par la Russie et aujourd'hui exilé aux États-Unis.

Cette décision de la justice russe a été prise en l'absence du député, qui fait l'objet d'une enquête pour détournement de fonds que ses soutiens considèrent montée de toutes pièces.

M. Ponomarev, 39 ans, est accusé par la justice russe d'être complice du détournement de 750.000 dollars (688.000 euros) volés à la Fondation Skolkovo, un projet étatique d'innovation technologique visant à créer l'équivalent russe de la Silicon Valley américaine.

Cette décision le place sur la liste des personnes recherchées par les autorités russes, en Russie comme à l'étranger.

Le député russe a indiqué à l'AFP être satisfait "dans une certaine mesure" de la décision du tribunal.

"Une enquête internationale va maintenant avoir lieu, ce qui me permettra de défendre ma réputation devant des tribunaux internationaux, qui je l'espère travaillent selon d'autres normes que celles des tribunaux de la Fédération russe", a-t-il dit par téléphone, alors qu'il se trouve en Californie.

Ilia Ponomarev était le seul député russe à s'être prononcé contre l'annexion en mars 2014 de la Crimée par la Russie -- un autre député s'était abstenu --, à rebours de ses collègues qui ont accueilli avec enthousiasme le "retour" de la péninsule ukrainienne dans le giron russe.

Il avait été exclu du parti Russie Juste après sa prise de position. Avant la crise ukrainienne, il avait également participé activement à l'organisation de rassemblements contre Vladimir Poutine dans le contexte de l'élection présidentielle contestée de 2012.

Les tribunaux internationaux "rendront un verdict fondé sur la loi et non sur l'opportunisme politique, une pratique malheureusement courante dans mon pays", a-t-il déclaré.

Le député fera appel de la décision du tribunal russe, a annoncé son avocate, Maria Bast, sur les ondes de la radio russe Business FM.

all/pop/nm/as