NOUVELLES
17/07/2015 02:02 EDT | Actualisé 17/07/2016 01:12 EDT

L'EI revendique l'attentat suicide contre la police à Ryad

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué un attentat suicide à la voiture piégée ayant blessé deux policiers à Ryad, dans un communiqué rapporté vendredi par un site spécialisé dans la surveillance de groupes islamistes.

Dans le texte diffusé par SITE, "la province de Najd", branche de l'EI dans le royaume, indique que le kamikaze, identifié comme Abou Omar al-Najdi, a tué son oncle, un colonel au sein du ministère de l'Intérieur, avant de perpétrer l'attentat.

Précisant que l'attaque a eu lieu à un point de contrôle près de la prison Al-Hair, un pénitencier sous haute sécurité où des islamistes radicaux seraient détenus, le groupe a indiqué qu'il "ne ménagera pas ses efforts" pour libérer "les musulmans d'Al-Hair et d'ailleurs".

Le ministère de l'Intérieur avait indiqué jeudi soir que l'explosion d'une voiture piégée avait provoqué la mort de son conducteur, et blessé deux policiers. Leur "état est stable", a précisé le ministère cité par l'agence de presse officielle SPA.

Selon le communiqué, des policiers ont demandé à un véhicule de s'arrêter pour un contrôle de routine à l'heure de la rupture du jeûne musulman du ramadan. "Le conducteur a alors fait exploser le véhicule, se tuant (au volant)", a-t-on ajouté.

Le ministère a identifié le conducteur comme étant Abdallah al-Rachid, un Saoudien de 19 ans, ajoutant qu'avant de faire exploser sa voiture, il avait tué son oncle.

Mardi, un suspect recherché par les forces de sécurité saoudiennes avait été tué dans un échange de tirs avec la police. Le 4 juillet, un homme soupçonné d'avoir des liens avec l'EI avait été tué par la police, à Taëf (ouest), un jour après avoir échappé à un raid des forces de sécurité qui s'était soldé par la mort d'un policier.

L'Arabie saoudite, qui fait partie de la coalition dirigée par Washington pour combattre l'EI en Irak et en Syrie, a multiplié ces derniers mois les arrestations d'extrémistes sunnites soupçonnés de planifier des attaques pour "attiser les tensions confessionnelles".

L'EI avait perpétré en mai deux attentats contre des mosquées chiites qui ont fait 25 morts dans la province orientale de l'Arabie saoudite.

bur/vl/jri