POLITIQUE
16/07/2015 02:01 EDT | Actualisé 16/07/2016 05:12 EDT

La candidate du NPD Béatrice Zako a siégé au Conseil national d'Option nationale

Facebook

OTTAWA — Le Nouveau Parti démocratique se dit très à l'aise avec le passé souverainiste d'une de ses candidates aux prochaines élections, surtout que ce passé a été de courte durée.

Béatrice Zako, candidate dans le comté de Papineau, a siégé au conseil national d'Option nationale (ON) en 2013. À ce moment-là, elle affirmait qu'après mûre réflexion, elle avait choisi de militer pour l'indépendance du Québec.

Dans une entrevue avec La Presse Canadienne jeudi, Mme Zako a assuré que sa conviction souverainiste n'a duré que trois mois, soit le temps qu'elle a siégé au conseil national d'ON. Au parti, on confirme que la dame a démissionné peu de temps après le départ du chef  Jean-Martin Aussant.

Chez les néo-démocrates, on souligne que l'implication dans le milieu communautaire de Mme Zako l'a poussée à côtoyer divers milieux politiques. On ne lui reproche donc pas ses amours souverainistes puisqu'elle s'est vite rendu compte, dit-on, que cette option n'était pas pour elle.

Après l'élection de 2011, les anciens flirts souverainistes de certains députés néo-démocrates leur ont souvent été reprochés par leurs adversaires politiques. Alexandre Boulerice, député de Rosemont-La-Petite-Patrie, a dû ainsi à maintes fois justifier ses dons à Québec solidaire.

Il n'est pas dit que Mme Zako subira le même sort. Elle se présente dans le comté qui élit Justin Trudeau depuis 2008.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Élections fédérales 2015: candidats vedettes au Québec Voyez les images