Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le blocage de l'accès à La Romaine est partiellement levé

La circulation aux abords du chantier La Romaine est partiellement permise. Les manifestants laissent passer les travailleurs en congé qui sortent du chantier, mais ne laissent entrer personne.

Ces membres des communautés innues de Natashquan et de Mingan bloquent l'accès au chantier hydroélectrique depuis mercredi avant-midi.

Jusqu'ici, la manifestation demeure pacifique et il n'y a pas d'intervention policière.

En entrevue au réseau RDI, le chef innu Rodrigue Wapistan a réitéré sa volonté de rencontrer le premier ministre Philippe Couillard.

Selon le chef Rodrigue Wapistan, la barricade ne sera pas levée tant que le premier ministre Philippe Couillard n'acceptera pas de discuter pour dénouer le conflit qui sévit entre la communauté innue de Natashquan et Hydro-Québec.

« Avec la complicité du gouvernement Hydro-Québec est en train de bafouer nos droits. Notre patience a atteint sa limite. » — Le chef Rodrigue Wapistan

Les Innus accusent la société d'État d'avoir inondé des bassins sans les avertir et d'y avoir laissé la moitié de la ressource forestière, alors qu'une entente conclue en 2008 prévoyait un déboisement complet des réservoirs du complexe hydroélectrique.

Joël Malec, entrepreneur forestier et porte-parole des citoyens ayant fait le blocage, juge la situation catastrophique.

« Le déboisement et le travail sur le chantier auraient dû apporter du travail. En plus de faire de l'argent sur notre dos, Hydro-Québec et le gouvernement nous laissent de côté et détruisent notre forêt par la noyade. Il en résulte pour nous une perte de valeur de la forêt avec du bois inutilisable. » — Joël Malec, porte-parole des citoyens ayant érigé le blocus

Pour sa part, Hydro-Québec soutient que des discussions sont en cours avec une entreprise de la communauté innue de Natashquan pour effectuer les travaux de déboisement du réservoir de Romaine-3. D'après une porte-parole, la société d'État respecte l'entente signée avec le conseil de bande.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.