Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un homme citoyen d'aucun pays veut voir ses conditions assouplies

MONTRÉAL — Un agent de l'immigration déterminera, plus tard cette semaine, si les conditions de mise en liberté d'un homme citoyen d'aucun pays doivent être changées.

Deepan Budlakoti a demandé à un membre de la Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada d'assouplir les conditions de sa mise en liberté, faisant valoir qu'elles lui infligeaient des blessures psychologiques et violaient ses droits garantis par la Constitution.

En 2011, le gouvernement fédéral a déclaré Deepan Budlakoti inadmissible à demeurer au Canada en raison de condamnations passées reliées au trafic d'armes et de drogues.

Deepan Budlakoti est né à Ottawa en 1989 de parents indiens ayant travaillé pour le gouvernement indien, et il n'a pas obtenu automatiquement sa citoyenneté.

Il se considère comme citoyen d'aucun pays.

La Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada devrait déterminer, vendredi, si les conditions de libération de Deepan Budlakoti doivent être assouplies.

L'Agence des services frontaliers du Canada s'oppose à tout assouplissement des conditions.

La Presse Canadienne

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.