Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Prison pour un Suédois qui faisait chanter les visiteurs d'un site X

Un maître-chanteur suédois, qui avait envoyé des factures à des milliers de personnes ayant visité un site internet pornographique, a été condamné lundi à deux ans et demi de prison pour "extorsion aggravée".

L'homme de 42 ans, qui avait acquis l'exploitation des droits en Suède des vidéos de newerotica.mobi, avait écrit en 2012 et 2013 à quelque 3.800 personnes qui les avaient visionnées pour leur réclamer son dû, des dizaines voire des centaines d'euros.

Si elles refusaient de payer, il les relançait en faisant grimper le montant exigé et en menaçant de prévenir la police ou de publier le nom de l'internaute sur un site internet où étaient brocardés les mauvais payeurs.

Ce sont ces menaces qui ont constitué le délit, a souligné le tribunal de Malmö (sud) dans un communiqué. Il a reconnu 31 cas d'extorsion aggravée et 526 de tentative d'extorsion.

Cinq personnes ont en outre été condamnées pour complicité, à des peines allant du sursis (durée non précisée comme le prévoit le code pénal en Suède) à 16 mois de prison. Par ailleurs, tous les condamnés devront indemniser les victimes reconnues.

Interrogé dans le journal régional Sydsvenskan en 2013, le principal prévenu, qui habitait Malmö, affirmait avoir gagné "plusieurs millions" de couronnes (plusieurs centaines de milliers d'euros) légalement puisque newerotica.mobi demandait aux internautes, avant de leur montrer une vidéo, d'accepter des conditions d'utilisation qui mentionnaient le prix à payer.

Même si les visiteurs du site ne laissaient pas leurs coordonnées, le principal auteur de l'extorsion les retrouvait en achetant le détail des adresses ip auprès du plus grand fournisseur d'accès à internet suédois.

hh/bds

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.