Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Nucléaire: un tweet du président iranien sur un accord supprimé

Un message diffusé lundi sur le compte Twitter du président iranien Hassan Rohani, indiquant qu'un accord nucléaire a été conclu avec les grandes puissances a été supprimé quelques instants plus tard, alors que les négociations se poursuivent à Vienne.

En outre, un discours télévisé de M. Rohani était prévu lundi soir, dans lequel il devait évoquer les négociations nucléaires, a été reporté, selon les médias iraniens. L'agence officielle Irna a indiqué que le président ne s'exprimerait qu'une fois un accord conclu à Vienne, sans autre précision.

"#IranDeal est la victoire de la diplomatie et du respect mutuel sur le vieux paradigme de l'exclusion et la coercition. Et c'est un bon début", disait un message rapidement supprimé du compte Twitter en anglais associé au président Rohani (@hassanrouhani).

Un autre message, moins catégorique, a été ensuite diffusé, débutant par "si #IranDeal" et se terminant par "cela serait un bon début".

Il reste encore "quelques questions importantes" à régler, a déclaré lundi à l'AFP une source proche de la délégation iranienne à Vienne, alors que les négociateurs approchaient d'une nouvelle échéance fixée à lundi minuit (22H00 GMT). L'échéance, prévue initialement le 30 juin, a été déjà prolongée trois fois.

M. Rohani avait assuré dimanche soir que la conclusion d'un accord avec les grandes puissances était désormais "très proche", après plus de deux semaines de discussions intensives à Vienne.

"Nous avons fait un long chemin. Nous devons atteindre un sommet dont nous sommes très proches", a-t-il déclaré, se félicitant d'avoir tenu ses "promesses électorales pour le règlement de la question nucléaire".

M. Rohani avait promis avant son élection en juin 2013 de parvenir à un accord avec le groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) qui garantirait la nature pacifique du programme nucléaire de Téhéran en échange de la levée des sanctions internationales qui étouffent son économie.

an-adm/cyj/tp

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.