Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les derniers vestiges de la prohibition bientôt chose du passé en Nouvelle-Écosse

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse songe à éliminer les derniers obstacles qui remontent à l'époque de la prohibition, en mettant fin, entre autres, aux secteurs sans alcool de la province.

Même si l'interdiction de vente d'alcool a été levée en 1929, il y a toujours 105 régions en Nouvelle-Écosse où il est interdit d'avoir un magasin d'alcool ou d'avoir un établissement licencié, à moins d'y tenir un plébiscite ou un vote pour permettre l'alcool dans la communauté.

Dans un document envoyé aux municipalités où on demande leur avis, le gouvernement souligne que "le système de restriction d'alcool et de permis de vente d'alcool dans certaines communautés est désuet et dépassé et qu'il est temps de se mettre au diapason avec les autres provinces canadiennes.

« Nous faisons cela pour s'aligner avec les reste du Canada et pour moderniser la loi provinciale sur l'alcool », affirme John MacDonald, directeur exécutif d'Alcool, jeux de hasard, essence et tabac.

MacDonald ajoute qu'au cours des 10 dernières années, toutes les municipalités qui ont opté pour un plébiscite ont toutes voté pour lever l'interdiction d'alcool.

Le directeur exécutif de l'Assocation des restaurateurs de la Nouvelle-Écosse, Gordon Stewart se rallie derrière la position du gouvernement.

« Plus personne ne s'oppose à la vente d'alcool, nous sommes heureux de voir que toutes les régions de la Nouvelle-Écosse seront sur un pied d'égalité en ce qui a trait à la vente d'alcool. »

Le gouvernement songe également à modifier sa loi qui interdit l'achat d'alcool dans un restaurant, à moins de commander un repas.

L'industrie du tourisme de la Nouvelle-Écosse se réjouit aussi de l'initiative du gouvernement. Un porte-parole de l'organisme laisse entendre que "tout ce qui peut éliminer la bureaucratie et faire ainsi épargner de l'argent aux contribuables est une bonne chose".

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.