Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le sommet de la zone euro peine à valider un accord

Une pause pour « consultations finales » a été observée lundi à l'aube du sommet de la zone euro visant à sauver les finances de l'État grec, a annoncé le premier ministre de Malte, Joseph Muscat.

Le sommet fait « un entracte pour des consultations finales », a twitté Joseph Muscat. Les dirigeants de l'Allemagne, de la France, de la Grèce et le président du Conseil européen vont soumettre aux dirigeants de la zone euro un projet de compromis. « Il y a un accord à quatre qui va maintenant être soumis aux 19 », selon une source proche des discussions.

Après quelque 14 heures de discussions à Bruxelles, les chefs d'État et de gouvernement de la zone euro sont toujours à la recherche d'une avancée décisive.

Des désaccords persistent

Un fonctionnaire grec a affirmé que le premier ministre Alexis Tsipras avait encore deux questions à régler avec les créanciers européens avant d'être en mesure de parvenir à un accord. Selon cette source, un des points qui reste à négocier est la participation future du Fonds monétaire international (FMI) dans le programme de sauvetage de la Grèce et les modalités de privatisations.

Plusieurs pays, dont l'Allemagne, réclament davantage de garanties au gouvernement grec sur les réformes proposées. Certaines capitales européennes craignent que le gouvernement grec n'interrompe la mise en oeuvre de la réforme, après l'obtention de fonds européens.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.